Skip to main content.

Bruno | Femmes séropositives | Greg | Tina | Zina

Une maman séropositive retrouve la santé à Chamonix

8 novembre 2012 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Début de l’enregistrement.

Zina : J’ai 43 ans. Je suis séropositive depuis août 1991. Je suis maman de 2 enfants qui ont 12 et 17 ans qui sont en pleine forme, qui n’ont rien en fait, au niveau du VIH.

Fin de l’enregistrement.

Sandra : Est-ce que vous reconnaissez cette voix Tina, Bruno et Greg ?

Tina : Oui, c’est Zina, on la connait bien. Elle était régulièrement à l’émission de radio et aussi au Comité des familles, très investie pour les activités des enfants et tout ça oui.

Sandra : Je vous propose de l’écouter à nouveau. Je ne sais pas si vous avez remarqué chers auditeurs mais Zina on ne l’entend plus très souvent à l’émission, elle nous dit pourquoi.

Début de l’enregistrement.

Zina : Il y a deux mois et demi j’ai décidé de partir de Paris. J’ai eu l’occasion de venir vivre à Chamonix. J’ai sauté sur l’occasion vu que j’avais envie d’un changement de vie et de l’air de la montagne. Pour l’instant je suis une toute nouvelle chamoniarde et pour l’instant je trouve ça super génial. Ma fille pareil, elle est super contente d’être là. Mon fils lui a préféré rester, bon il fait aussi ses études à Paris donc, il a préféré rester là-bas, chez ma maman. Mais sinon toutes les deux on est super ravies. Ce n’est pas la première fois que je quitte la région parisienne et c’est vrai qu’après au bout d’un moment j’aime bien y revenir de temps en temps. Mais Paris au quotidien ne me manque pas du tout. Il n’y a pas de stress. Le seul stress qu’il y a ici j’ai constaté, là c’est les vacances scolaires et apparemment les commerçants sont moins sympathiques et sont beaucoup plus stressés parce que justement les parisiens sont venus passer des vacances. Sérieux, c’est ce que en discutant avec certains, c’est ce qu’ils nous disent, qu’ils sont assez stressés en période de vacances scolaires parce qu’il y a les parisiens qui sont là et qui se croient un peu tout permis et voilà. Mais sinon, hors vacances scolaires tout le monde est détendu, c’est génial.

Sandra : Et les paysages de Chamonix, est-ce que tu peux nous décrire un petit peu, fais-nous rêver.

Zina : Ah écoute c’est génial. Bah là tu vois, c’est ce que je me disais justement, à Paris quand il fait beau ça va, quand il fait gris, c’est déprimant. Mais là, même quand il fait gris, c’est super beau. Là j’ai la vue sur, si je regarde en face de moi, j’ai la montagne avec la neige en haut et plus bas il n’y a pas de neige. A ma droite j’ai vu sur le Mont Blanc. En fait c’est entouré de montagne, c’est magnifique. Avec en face de moi une petite cascade. Franchement, terrible. J’ai mon frère et ma belle-soeur qui habitent ici, qui ont des amis et donc, je ne me sens pas seule. Ces derniers temps, j’avais pas mal travaillé donc j’étais assez occupée. Là maintenant je ne travaille plus mais je vais faire comme je faisais au début où je suis arrivée et que je ne travaillais pas encore, partir dans la montagne, me balader, c’est génial. D’ici la semaine prochaine je vais recommencer à chercher du boulot et j’ai l’intention de retravailler.

Sandra : Ta fille, elle a fait sa rentrée, comment ça s’est passé pour elle ?

Zina : Très bien en plus, elle qui, quand on était à Arcueil, qui passait son temps devant l’ordinateur ou devant des séries, qui s’ennuyait pas mal, bah là maintenant elle fait pleins de choses. Elle fait de l’escalade par le biais de l’école en fait. L’école propose des sports extra-scolaires comme escalade. Après il y aura ski de fond, ski alpin. On a fait de la gym, on a fait du handball. C’est assez accessible ici au niveau des sports en fait. Et là elle est partie, c’était ce week-end, elle est allée faire de la luge, alors je ne connaissais même pas, de la luge d’été sur l’herbe. Elle a trouvé que c’était super sympa. Puis autre chose aussi que je trouve sympa, maintenant on en voit moins parce qu’il commence à faire un peu froid, mais sinon dans le paysage on voit pleins de gars, homme ou femme d’ailleurs, qui font du parapente. On voit des parapentes de partout, pleins le ciel. C’est assez sympa. Mais bon ceux qu’on aperçoit encore de temps en temps, je crois que c’est les vrais courageux parce qu’en altitude il doit faire assez froid. Pour l’été j’ai l’intention d’en faire et ma fille aussi ça la branche bien. Bon, ce n’est pas donné mais bon on peut se faire un petit délire de temps en temps. Et peut-être du, je ne sais plus comment on dit, du rafting ou du crafting, non c’est du rafting.

Sandra : Zina l’aventurière maintenant.

Zina : Bah ouais (rires). C’est une autre vie quoi, ça n’a rien à avoir. Depuis que je suis ici, je ne suis plus malade. Moi qui était tout le temps, qui prenait tout le temps des antibiotiques, moi qui avait toujours des bronchites ou des pneumonies, depuis que je suis là, je ne suis plus malade. Alors je ne sais pas si c’est lié mais bien qu’à mon avis ça doit être lié quand même parce que le moral va nettement mieux depuis que je suis ici et comme le moral quand on est malade ça joue beaucoup quoi.

Fin de l’enregistrement.

Sandra : Zina au micro de Survivre au sida. Ca vous fait plaisir d’avoir de ses nouvelles ?

Bruno : On chausse nos skis et on va faire l’émission là-bas au mois de décembre (rires).

Sandra : D’accord je prends note Bruno.

Tina : J’ai bien sûr des nouvelles par téléphone d’elle depuis qu’elle est là-bas et franchement à chaque fois elle me raconte qu’elle va mieux, que sa santé va beaucoup mieux et ça fait super plaisir. Aussi je pense que pour sa fille c’est aussi une bonne chose, je pense qu’elle a trouvé ce qui lui fallait.

Sandra : Greg est-ce que Zina t’a fait rêver ?

Greg : Ah oui ! J’attends son invitation pour partager la petite cascade (rires). Et sérieusement bonne chance et bonne continuation Zina.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE