Skip to main content.

Bernard Hirschel | Bernard Hirschel répond à vos questions | Enfants concernés par le VIH | Zina

Bernard Hirschel répond à vos questions : Un enfant né séronégatif d’une femme séropositive est-il protégé d’une contamination future ?

15 mars 2011 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Sandra : Bernard Hirschel répond aux questions des séropositifs. En exclusivité pour vous auditeurs de l’émission Survivre au sida, l’un des meilleurs infectiologues du VIH en Europe écoute vos questions et y répond dans le cadre d’une série. Cet infectiologue c’est donc Bernard Hirschel. Il dirige un service VIH à l’hôpital universitaire de Genève depuis plus de 20 ans. Vous aurez donc le plaisir d’écouter Bernard Hirschel dans nos émissions régulièrement. C’est Reda, rédacteur-en-chef de l’émission Survivre au sida, qui est parti à sa rencontre pour poser des questions qui comptent pour les séropositifs. En route pour la Suisse avec une question de Zina.

Début du son.

Zina : Je me suis demandée si, vu que mes enfants, en grandissant, en se construisant à l’intérieur de moi, à l’intérieur de mon ventre, je me suis demandée du fait qu’ils n’ont pas contracté le virus, est-ce que c’est bête de penser que peut-être du coup ils sont beaucoup plus fort et qu’ils auraient développé, ils peuvent... est-ce que vous pensez que les enfants nés de mère séropositive ont moins de risque d’attraper le virus ? Parce qu’ils ont grandi dans la matrice d’une femme séropositive. Donc ils ont un petit peu, comme s’ils avaient un peu baigné dedans. Et donc est-ce que c’est bête de penser que ça peut les renforcer ?

Bernard Hirschel : Bonjour Zina. Non moi je pense que c’est une idée intéressante. Je ne pense pas que ces personnes sont protégées parce que quand on les examine, il y aucune trace d’une quelconque immunité contre le VIH qu’on puisse mesurer. Bien sûr, il n’existe pas de statistiques à long terme, pour voir si les enfants de mères séropositives qui ne sont pas infectés risquent moins ou plus. Ce serait extrêmement difficile de les examiner. Mais je ne crois pas que ce soit le cas. Je crois que la protection de ces enfants ce n’est pas dû à une immunité, mais au fait que, il y a quand même une séparation entre l’enfant et la mère, il n’y a pas tout qui traverse le placenta. Et entre autres, certains virus ne traversent pas tandis que d’autres traversent. Et chez la femme en fait, séropositive, qui porte un enfant, la contamination avant la naissance est rare et c’est pendant l’acte de naissance lui-même que cette contamination se fait ou pendant l’allaitement. Alors évidemment là c’est très variable. Il y a des naissances qui sont très difficiles. On peut imaginer que la contamination se fait plus facilement. Il y a des naissances qui se passent en une demi-heure plus facilement, sans beaucoup de saignement où le risque de contamination est moindre. Mais on voit mal comment ceci pourrait protéger ensuite l’enfant pendant toute une vie.

Reda : Donc la réponse est non.

Bernard Hirschel : La réponse est non, je ne pense pas.

Transcription : Sandra Jean-Pierre