Skip to main content.

Bernard Hirschel répond à vos questions | Choisir son traitement | Quand débuter un traitement ?

Bernard Hirschel répond à vos questions : Combien de temps pourrais-je prendre ma trithérapie ?

20 février 2011 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Sandra : Bernard Hirschel répond aux questions des séropositifs et de ceux qui les aiment. En exclusivité pour vous auditeurs de l’émission Survivre au sida, l’un des meilleurs infectiologues du VIH en Europe écoute vos questions et y répond dans le cadre d’une série. Cet infectiologue c’est donc Bernard Hirschel. Il dirige un service VIH à l’hôpital universitaire de Genève depuis plus de 20 ans. Vous aurez donc le plaisir d’écouter Bernard Hirschel dans nos émissions régulièrement grâce à Reda, militant pour les familles vivant avec le VIH, qui est parti à sa rencontre pour poser des questions qui comptent pour les séropositifs. On part pour la Suisse ! Et là, c’est une question de Marjorie.

Début du son.

Marjorie : J’ai 40 ans, je suis célibataire sans enfants. Alors je suis séropositive depuis 1996, depuis 2004 j’ai pris 3 traitements différents. Je prends depuis 4 ans de la viramune et du truvada. Et je souhaiterai savoir si ce traitement va encore m’accompagner longtemps, est-ce qu’il y a une durée de vie d’un traitement ? Ou est-ce que je peux espérer continuer ce traitement que donc je me trouve très bien longtemps et si ce traitement ne venait à ne plus être efficace, comment je m’en rendrais compte ?

Bernard Hirschel : Quand la viramune est bien tolérée, c’est un médicament idéal. Il n’y a vraiment aucun effet secondaire quand c’est bien toléré. Il n’y a pas de raison de croire que son efficacité va diminuer par la suite. Donc vous avez de la chance dans la malchance. Vous avez un traitement très bien toléré. Maintenant comment est-ce que vous vous rendez compte quand ça ne marche plus bien ? Eh bien, il n’est pas possible de s’en rendre compte sauf par les examens de laboratoire. Je suppose que vous êtes suivie par un médecin qui va faire le nécessaire pour détecter éventuellement un échec tardif. Mais encore une fois, c’est de très bon augure. Je pense que vous garderez ce traitement longtemps et qu’il vous servira pendant de nombreuses années.

Fin du son.

Sandra : C’était Bernard Hirschel, spécialiste du VIH qui dirige un service VIH à l’hôpital universitaire de Genève depuis plus de 20 ans.

Transcription : Sandra Jean-Pierre