Skip to main content.

Enfants concernés par le VIH | Fanny | Fête des Amoureux | Femmes séropositives | Réseau national des correspondants du Comité des familles | Sexe et sexualité

Du changement et de l’amour pour Agathe, une jeune nantaise

26 janvier 2011 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Sandra : Agathe correspondante du Comité des familles - association créée et gérée par des familles vivant avec le VIH - aime que ça bouge. Et à Nantes, elle ne rencontre pas de jeunes séropositifs comme elle. Elle m’a parlé de ce qu’elle aimerait faire et m’a confié qu’il avait du nouveau dans sa vie de couple. On écoute Agathe.

Début du son.

Agathe : Agathe, j’ai bientôt 23 ans. Je suis séropositive depuis la naissance.

Sandra : Tu es à la recherche d’un travail en ce moment ?

Agathe : Oui.

Sandra : Tu cherches dans quel domaine ?

Agathe : Dans le service à la personne.

Sandra : Tu ne t’ennuies pas trop malgré le chômage ?

Agathe : Non, ça va. Il y a toujours pleins de choses à faire.

Sandra : Comment est-ce que tu as passé les fêtes ?

Agathe : Bah, en famille et puis entre amis.

Sandra : C’était bien ?

Agathe : Bah, oui. On a bien fêté Noël ; bien fêté la nouvelle année.

Sandra : Est-ce que le père Noël t’a gâté ?

Agathe : Oh ! Le père Noël a été généreux, oui ça va.

Sandra : Qu’est-ce que tu as eu ?

Agathe : Surtout de l’argent et puis des bons d’achat dans les boutiques.

Sandra : Tu as fait les soldes, tu as commencé ?

Agathe : Oui.

Sandra : D’après une étude de l’Hadopi, donc Hadopi tu sais ce que c’est ?

Agathe : Oui.

Sandra : La haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection sur internet. Il y a près de la moitié des Français qui continuent de pirater sur internet. Est-ce que pour toi c’est un comportement normal. Est-ce que toi-même tu télécharges sur internet ou pas ?

Agathe : Oui moi-même je télécharge. Je télécharge surtout ce qui pour moi ne vaut pas la peine d’être acheté en fait. Sinon, si ça me plaît vraiment, je vais l’acheter après, en fait.

Sandra : Est-ce que tu comptes changer de comportement ou pas ?

Agathe : Oui parce que ce n’est pas bien.

Sandra : C’est vrai ? (Rires)

Agathe : Non, mais oui (rires). Parce que voilà, moi en ce moment c’est dur, je n’ai pas trop de sous je suis au chômage. Donc voilà, je n’ai pas envie d’aller acheter des films, des CD et tout ça. Mais je sais que ça fait un ou deux mois que je le fais. Mais ça ne va pas continuer.

Sandra : Quoi de neuf dans ta vie ? Est-ce que tu vois la vie en rose en ce moment ?

Agathe : Totalement ! 2011 pour moi. Je sens que ça va être une très bonne année, pleine de bons changements. 2011 je sens que ça va être une bonne année. Parce que je vais emménager avec mon ami avec qui je suis depuis 3 ans. Et que je sens que je vais trouver un bon travail qui va me plaire. Ça commence bien, même si j’ai été pas mal malade depuis le début de l’année, mais à part ça, je sens que ça va être une bonne année.

Sandra : En ce moment, est-ce que tu oublies que tu es séropositive ?

Agathe : Bah non je ne l’oublie jamais parce que c’est en moi. Je prends mes médicaments tous les jours donc je ne l’oublie pas, mais ce n’est pas quelque chose non plus que qui me hante.

Sandra : Ton traitement tu le supportes bien ?

Agathe : Oui complètement.

Sandra : C’est quoi que tu prends comme traitement ?

Agathe : Norvir, Viramune et Prezista.

Sandra : Et aucun effet secondaire ?

Agathe : Bah, le cholestérol.

Sandra : Donc du coup, tu as un régime spécial ou tu continues à manger comme ça te plaît ?

Agathe : Bah, je mange comme ça plaît, en faisant un peu plus attention. Mais de là à avoir un régime spécial non.

Sandra : Tu n’es pas suivi par un diététicien ?

Agathe : Non du tout. Pour l’instant, ce n’est pas très inquiétant. Donc il faut juste que je fasse attention. Je sais gérer moi-même ce qui est grave, pas grave, voilà.

Sandra : Qu’est-ce que tu voudrais faire à Nantes, en tant que correspondante du Comité des familles ?

Agathe : Je voudrais essayer surtout qu’il diffuse l’émission de radio sur Nantes. Puis après, dans l’avenir, essayer de créer des manifestations un peu comme le Méga Couscous, des trucs comme ça, j’aimerai beaucoup.

Sandra : Est-ce que les jeunes séropositifs à Nantes se bougent ?

Agathe : Ah ! Alors là ! Pas du tout ! Enfin, je n’en ai pas l’impression.

Sandra : Tu n’en rencontres pas ?

Agathe : Non. Je n’en rencontre pas du tout. Et puis la ville, il n’y a pas beaucoup d’actions de fait. À part AIDES et Sidaction qui se montre le 1er décembre et après au mois d’avril. C’est tout ce qui se passe dans la ville.

Sandra : Qu’est-ce qui manque à Nantes pour que les jeunes séropositifs puissent faire quelque chose à Nantes ?

Agathe : Déjà des lieux d’accueil. Parce que sida info service ce n’est pas un lieu d’accueil sur Nantes. Et AIDES pour moi, j’y suis allée en tant que séropositive, je n’ai pas vu un seul séropositif là-bas. Là où je me sens le mieux, c’est chez mon docteur avec qui je peux parler tranquillement. Après pour les jeunes adolescents, à l’hôpital et tout, je sais qu’il y a beaucoup de choses de faites. Mais une fois qu’on est adulte, je trouve qu’il n’y a rien. J’ai été voir mon docteur il n’y a pas très… enfin la semaine dernière et je vais participer un petit peu à une étude qu’ils vont lancer sur Nantes. Donc ça, je trouve ça très intéressant de la part d’un des docteurs de Nantes. Pour les jeunes adultes de 18 à 25 ans, qui ont été infectés à la naissance, pour savoir un peu leurs habitudes de vie. Ce qu’ils trouvent ce qui serait à améliorer. C’est juste un questionnaire avec un psychologue à remplir pour voir nos habitudes de vie. Comment on vit ça, comment on vit le rapport avec le docteur, l’hôpital tout ça. Et plus des bilans sanguins en plus. Quand je vais faire ma prise de sang, je vais faire un tube de plus. Moi je suis contente, vu que j’aime bien faire bouger les choses et que mon docteur il sait bien comment je suis. Au moins il y a quand même quelque chose de fait.

Sandra : La Saint Valentin approche. Est-ce que tu as prévu de faire une surprise à ton chéri ? Est-ce que vous avez prévu de faire quelque chose à deux ? Comment ça va se passer ?

Agathe : Bah, là on a le projet d’emménager ensemble. Donc ce qui va être fait normalement mi-février, début mars. Donc financièrement, on ne va pas se souhaiter la Saint Valentin je pense, parce que notre plus cadeau c’est d’habiter ensemble.

Sandra : Est-ce que tu as un message pour les séropositifs de Nantes ?

Agathe : Franchement les séropositifs de Nantes, bougez-vous ! Montrez-vous ! Vous n’êtes pas content de la ville par rapport à la séropositivité, tout ça, faites le savoir. Et puis sinon, si ce n’est pas suffisant, aller voir ailleurs et appeler le Comité des familles même si c’est jusqu’à Paris.

Sandra : En un mot pour toi l’année 2011 sera l’année de ?

Agathe : L’année de… la révolution !

Fin du son.

Sandra : Alors désolée pour les bruits autour pendant qu’on entendait l’entretien. Mais malgré que je me sois isolée pour faire cet entretien, donc par téléphone. On entendait des bruits de cuisine. C’était au Comité des familles et il me semble que c’était quelqu’un qui préparait le repas pour les personnes hospitalisées. Donc la chorba, c’est une fois par mois en fait. Le Comité des familles organise un repas pour les personnes hospitalisées à l’hôpital Kremlin-Bicêtre. Donc après avoir écouté Agathe, Ali, Tina, un message pour elle peut-être ?

Tina : Ça fait toujours plaisir de la voir à Paris. J’espère la revoir bientôt, parce que ça fait quelque mois qu’on ne l’a pas vue. Agathe monte nous voir. Et bien sûr j’espère qu’à Nantes aussi, tu puisses rencontrer d’autres personnes, échanger avec eux, et que vous puisez vous organiser pour faire des beaux événements ensemble comme on peut en faire à Paris.

Ali : Moi je dis à Agathe et à sa maman, que je suis désolée, le jour du Méga Couscous de les avoir accompagnées, quasiment jusqu’au Méga Couscous et d’avoir dû faire demi-tour et du coup d’avoir raté le Méga Couscous, mais ce sera pour une prochaine fois. Et je les embrasse bien fort, qu’elles ne changent pas, qu’elles continuent d’être comme elles sont.

Transcription : Sandra Jean-Pierre