Skip to main content.

Annonce de la séropositivité | Ousmane Zaré | Sexe et sexualité

« Si un membre de ma famille m’annonce sa séropositivité, ça me ferait plaisir... car c’est une bonne chose d’en parler ! » explique Ousmane

3 octobre 2010 (papamamanbebe.net)

1 Message | | Votez pour cet article

Sandra : Ta première fois avec une fille c’était quand ?

Ousmane : Ma première fois avec une fille, je pense... j’ai eu une petite amie quand j’avais 6 ans. Je pense quand même qu’on a essayé de faire quelques petits trucs...

Sandra : C’est ta première fois ?

Ousmane : Non mais, je pense quand même qu’on a été jusqu’au bout...

Sandra : Un vague souvenir...

Ousmane : Vague souvenir, en ce temps-là, je savais que faire un enfant, c’était ça...

Sandra : Et donc à 6 ans, tu voulais déjà être être papa...

Ousmane : Ah non ! Pas forcément mais je connaissais...

Sandra : C’était la curiosité.

Ousmane : La curiosité tout ça donc...

Sandra : Mais ta première fois vraiment, où tu savais vraiment que...

Ousmane : C’était quand j’avais 13 ans.

Sandra : Et ça s’est bien passé ?

Ousmane : Je pense oui.

Sandra : Pour toi, ça été quoi ?

Ousmane : Bon pour moi ça été, puisque bon, j’ai eu du plaisir donc j’espère que la personne aussi.

Sandra : J’espère aussi pour elle. Et c’était avec préservatif ou sans ?

Ousmane : Sans préservatif. Pourquoi ? Il faut dire qu’à cette époque-là, on est en Afrique, le préservatif, ce n’était vraiment pas fait pour les enfants. Je me voyais mal acheter un préservatif, déjà j’en n’avais pas les moyens. Donc c’était difficile d’aller chercher, on n’y pensait pas en fait, et en même temps, on était très jeunes.

Sandra : Et quelles filles font mieux l’amour ? Les blanches ou les noirs ?

Ousmane : Quelles filles font mieux l’amour, les blanches ou les noirs ? Je pense qu’il n’y a vraiment pas de comparaison à faire, elles sont toutes les mêmes.

Sandra : Ton premier dépistage, c’était quand ?

Ousmane : Mon premier dépistage c’était en 2003, donc avec ma première copine française, qui avait demandé à ce qu’on fasse tous les deux le test du VIH avant de commencer un rapport sexuel. On était tous les deux séronégatifs. Mais il faut dire quand même qu’on a continué à se protéger, donc à porter le préservatif, c’était je pense, pour éviter qu’elle soit enceinte.

Sandra : Tu étais stressé ou pas quand tu as fait ton dépistage ?

Ousmane : Stressé normal, puisqu’en fait, bien avant elle, j’avais connu pas mal de fille. Et je ne m’étais pas protégé du tout. Donc j’avais le stresse, je ne savais pas si j’allais être séropositif ou pas, donc.

Sandra : Donc quel âge tu avais quand tu as utilisé la première fois un préservatif ?

Ousmane : Quel âge j’avais... je dirai je devais avoir entre 24 et 26 ans. Je ne me rappelle plus exactement mais c’est vraiment à cet âge-là que j’ai utilisé mon premier préservatif.

Sandra : Et dans ton couple, comment est-ce que tu te protèges ?

Ousmane : Dans mon couple je me protège... enfin il faut dire que dans mon couple en fait, c’est un couple sérodifférent. Moi je suis séronégatif, et ma copine est séropositive. Donc grâce à la médecine, aux progrès de la médecine, on se protège par moment par les médicaments et par moment aussi par les préservatifs.

Sandra : Pour varier...

Ousmane : Pour varier oui.

Sandra : Qu’est-ce que tu ferais si tu apprenais que tu étais contaminé ?

Ousmane : Qu’est-ce que je ferai, je pense que... je ne peux pas dire qu’il y a le risque zéro déjà dans notre couple. Mais néanmoins, je me dis qu’avec les informations que j’ai sur le VIH, je ne pense pas un jour être séropositif. Mais quand même, comme je disais, par rapport au risque zéro tout ça, on ne sait jamais, donc je me dis si un jour, il se trouvait que je suis séropositif, je pense quand même que je le prendrai mal comme tout le monde. Je ne pense pas qu’il y ait une personne qui veuille être séropositif un jour. Donc du coup, je le prendrais mal. Mais comme elle, elle est déjà séropositive, j’arriverai à tenir le coup, j’espère en tout cas, de par son expérience en fait.

Sandra : Est-ce que tu as déjà fait un traitement d’urgence ?

Ousmane : Non, je n’ai jamais fait un traitement d’urgence.

Sandra : Quelles sont les causes qui te tiennent à coeur ?

Ousmane : Les causes qui me tiennent à coeur c’est l’égalité pour tous et le bien être de son prochain. Pour moi en tout cas, c’est important que tout le monde puisse être heureux, et vivre en harmonie en fait, et je pense que ça fait parti de un de mes combats que je mène aujourd’hui.

Sandra : Si je te dis VIH/Sida, à quoi tu penses tout de suite ?

Ousmane : VIH/Sida, je pense tout de suite à un virus, qui fait pas mal de tort à pas mal de gens et un virus à tout faire pour l’éviter. Je pense que c’est important en tout cas déjà de s’armer d’information et de tout faire pour l’éviter.

Sandra : Et si un membre de ta famille t’annonce qu’il est séropositif, qu’est-ce que tu fais ?

Ousmane : Un membre de ma famille m’annonce qu’il est séropositif, je dirais rien. Au contraire, ça me ferait plaisir. Pourquoi ? Parce que bien avant de m’impliquer dans la lutte contre le VIH, j’ai perdu mon frère aîné de ma famille, du VIH. Il s’est laissé mourir, sans pour autant en parler. Il n’a jamais voulu en parler, je pense que même lui il a refusé en fait, donc du coup, il n’a pas suivi de traitement, rien du tout, il s’est laissé mourir, emporter par la maladie. Et si demain en tout cas, un de mes frères ou une de mes soeurs, venait à m’en parler, je pense déjà que c’est une bonne chose. C’est un grand pas. Parce que cette personne a justement besoin qu’on la dirige, en tout cas sur une voie, qui lui permettrait de tenir face à la maladie, je pense que, c’est ce que je ferais. Je donnerais les informations qu’il faut, je soutiendrais cette personne du mieux que je peux.

Transcription : Sandra Jean-Pierre

Forum de discussion: 1 Message