Skip to main content.

Maison des familles (2008–2013) | À propos de l’émission de radio | Bruno | Farid | Reda Sadki | Tina | Yann | Zina

Les extraordinaires aventures des membres de l’équipe de radio pendant l’été

8 septembre 2010 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Sandra : On commence toute de suite par demander des nouvelles aux membres de l’équipe de radio. Qui veut passer en premier à la casserole ? Oulà peu de volontaire ! Bon, bah je vais commencer par Bruno (rires).

Bruno : Oui, bonjour à tous.

Sandra : Tu as passé de bonnes vacances ?

Bruno : Oui je reprends bientôt, très bientôt. Une anecdote qui me revient, c’est vrai que cet été, pour la deuxième fois, on a organisé un petit week-end de camping à la belle étoile cet été. C’était à l’occasion de la fête des papas. Et donc beaucoup de souvenirs. On était un petit groupe avec des papas et des enfants et j’espère que l’année prochaine rebelote.

Sandra : C’était avec des personnes du Comité ?

Bruno : Voilà, des membres du Comité.

Sandra : Vous étiez combien à peu près ?

Bruno : On devait être une petite quinzaine. On a planté les tentes, on a acheté les merguez et on a passé un petit week-end.

Sandra : Tina, cet été, est-ce qu’il a été riche pour toi ou pas ?

Tina : Certainement (rires)

Reda : Est-ce que tu as joué au loto ?

Tina : Ca non. Vraiment pas. Pour ma part c’était en famille. C’est un peu habituel comme chaque année.

Sandra : Du croustillant pour nos auditeurs ?

Tina : Du croustillant, j’ai un peu réfléchi, de cet événement qui, je me disais qui pourrait être intéressant, ou que j’avais envie de raconter. Un soir je suis sortie avec mon copain et à un moment donné on croise un peu des personnes qu’on connait et il y a une personne qui lui dit, qui l’arrête, moi j’avais continué, je n’ai pas tout de suite vu. Et il reste parler un petit peu, après on passe la soirée et je vois que pour lui ça ne se passait pas très bien, il était un peu retiré dans son coin et à la fin de la soirée je lui dis : « qu’est-ce qu’il s’est passé ? Qu’est-ce qu’il y a ? Tu ne t’es pas trop amusé d’après moi ». Et il me dit en fait : « la personne en arrivant, quand on est arrivé, qui voulait me parler, elle m’a dit, est-ce que c’est ta copine ? Et je lui dis oui ». Après le gars, il lui a dit : « fais attention parce qu’elle n’est pas saine ». Je trouve ça assez choquant de voir comment les gens, en croyant bien faire, ils font du mal en fait.

Sandra : Comment tu as réagi ?

Tina : Après je lui ai demandé : « qu’est-ce que tu lui as dit ? » Il a dit sur le coup, il n’a rien dit mais que s’il revoit cette personne il va lui dire c’est n’importe quoi, il n’y a aucun soucis. Et lui demander d’où il a l’information et essayer de voir pour ne pas que...

Sandra : Tu lui as expliqué le mal que ça peut faire des choses comme ça ?

Tina : Moi ?

Sandra : Oui ?

Tina : A qui ?

Sandra : Ce n’est toi pas qui...

Tina : Moi dans l’histoire j’ai juste...

Sandra : Tu as juste assisté...

Yann : Subi.

Tina : Subi voilà.

Sandra : Mais après, est-ce que tu lui as dit...

Yann : Mais ? Je crois qu’on est en train de parler d’un con ? En fin de compte ton copain a croisé un con.

Tina : Oui.

Yann : Donc c’est ça ?

Tina : Oui mais lui il croyait bien faire, pour protéger...

Yann : Pourquoi on en parle d’un con ? (Rires)

Tina : Parmi les auditeurs, il y en a qui vont être un jour dans une situation de savoir que, une personne est séropositive, il vaut mieux…

Yann : Ah mais c’est impossible, il a dit ça comme on peut dire est-ce que tu as pris un pain au chocolat avant-hier ? Tu vois ce que je veux dire ? Comment peut-on savoir qu’une personne est saine ou pas saine ? Qu’est-ce qu’on entend par sain ? Donc je trouve que... ça doit être horrible de vivre ça. Mais heureusement que ton copain a dit si je le recroise j’ai plutôt envie de mettre les choses au clair. Parce que personne ne peut savoir si, nous en plus on te voit, nos auditeurs ils ne te voient pas mais tu es belle comme un rayon de soleil.

Tina : Si tu sais d’une personne qu’elle est séropositive est-ce que tu...

Yann : Mais il n’a pas pensé ça le con. Le con il a...

Tina : Si, si. Il a entendu, il doit être au courant, de ma sérologie, et a pensé bien faire pour protéger...

Yann : Ah ! Il était au courant de ta sérologie ?

Tina : Certainement oui.

Sandra : Pour dire des choses pareilles... c’est qu’il était au courant. On ne dit pas...

Tina : Il pensait que c’était une bonne chose d’en informer mon copain mais, qui était déjà informé du coup, ça crée plutôt ce truc...

Zina : Un malaise.

Tina : Ce malaise.

Sandra : Zina, toi l’été, comment ça c’est passé ?

Zina : Moi ça c’est bien passé on est parti...

Reda : Elle a au moins deux anecdotes croustillantes à raconter ! (Rires)

Zina : On est parti avec les enfants et il a fait beau pendant trois semaines et...

Sandra : Du croustillant, du croustillant ! (Rires)

Reda : La météo ça va, trop facile.

Zina : Bon j’ai deux... bon je vais en raconter une. C’était il y a trois semaines à peu près mais là c’était à Paris. J’ai pris le RER et je me suis assise en face d’un petit vieux, je ne sais pas genre, 85 ans, qui avait l’air...

Reda : Un papi tout gentil.

Zina : Voilà, un petit papi qui avait l’air bien habillé, en costume, beau chapeau, et tout. Et puis moi j’étais habillée en jupe mais en jupe longue, rien d’extraordinaire et puis tout d’un coup je vois qu’il déplie son journal et après je regarde, mes yeux se portent sur le journal et je vois qu’en dessous, euh... bah il était en train de se masturber en fait en me regardant et voilà.

Sandra : Yann, bonjour Yann.

Yann : Bonjour.

Sandra : Tu avais envie de parler, tu as pris la parole sur Tina tout à l’heure. Alors ton été, comment il était ?

Yann : Très riche, je suis parti avec ma grande fille Lolita, 4 jours, j’avais un cdi au mois d’avril et du coup j’avais droit qu’à 4 jours. Mais qu’on a magnifiquement profité étant donné qu’on était en Hollande, et qu’on a eu une chance incroyable sur les 4 jours, nous n’avons eu qu’un jour de pluie.

Sandra : Miracle (rires).

Reda : Singing in the rain.

Sandra : Et je ne n’ai pas demandé aux autres mais côté santé, la pêche ?

Yann : Oui, ça impressionne même mon médecin, comme je ne suis pas quelqu’un qui a une méga superbe...

Zina : Hygiène de vie.

Yann : Non pas du tout mademoiselle (rires). Donc j’ai une très bonne hygiène de vie et une mauvaise abs...

Tina : Observance !

Yann : Merci...

Reda : Tina.

Yann : Ca surprend tout le monde mais je crois tellement que l’âme et le cerveau font partis du combat de cette maladie.

Sandra : Très solennel Yann.

Yann : Oui.

Sandra : Farid, qu’est-ce que tu as à nous raconter sur l’été que tu passé ?

Farid : Un été ensoleillé dans le sud et comme anecdote rien de croustillant si ce n’est que ma mère est venue quelques jours me voir et je l’ai présenté à ma belle-mère, ma future belle-mère.

Reda : Il y a une annonce là, je viens d’entendre... (Rires)

Farid : Non mais... (Rires)

Reda : Et ça c’est bien passé ?

Farid : Ca c’est très bien passé.

Reda : Est-ce que pour ta maman, ta future promise...

Farid : Lui convient ?

Reda : Oui ou peut arriver ?

Farid : Non. Aucune... (Rires)

Sandra : Et toi Reda ? Quoi de neuf dans ta vie ?

Reda : Moi le plaisir que j’ai eu cet été c’est de croiser des familles du Comité. Donc j’ai croisé Ariane, son mari et leurs deux enfants qui sont venus passer quelques jours avec nous. Et puis après il y a eu Nabila, son mari et une de leurs trois filles, heureusement il n’y avait pas toute la marmaille qui était là. Et c’était du plaisir de retrouver des gens du Comité des familles, donc cette association qu’on a créé il y a maintenant 7 ans, des gens que je connais depuis très longtemps qui sont devenus d’abord des amis, des camarades, des gens avec qui on partage une cause commune. Donc ça vraiment c’était du sucre, du plaisir. Comme une crêpe nappée de chocolat, de caramel et saupoudré de sucre...

Sandra : Ah ! Arrête (rires).

Reda : Avec du miel, avec une couche de miel par dessus.

Yann : Les fameuses crêpes de Sofi. Je vois de quoi tu parles, j’en ai encore les papilles...

Transcription : Sandra Jean-Pierre