Skip to main content.

Congrès mondial du sida | Hommes séropositifs | Projet Madeleine Amarouche | Réseau national des correspondants du Comité des familles | Yann

AIDS 2010 : Yann, papa séropositif, veut des résultats concrets

22 juillet 2010 (papamamanbebe.net)

1 photo | | Votez pour cet article

Du 18 au 23 juillet 2010, le 18ème Congrès mondial du sida réunit près de 25000 personnes, surtout des médecins, à Vienne. C’est le plus grand rendez-vous qui permet de faire le point, une fois tous les deux ans, sur l’ensemble de la recherche et sur tous les aspects de la lutte contre la pandémie. Survivreausida.net donne, comme toujours, la parole aux premiers concernés.

Yann est séropositif depuis 25 ans et pourtant il n’a pas bien suivi cette conférence internationale du sida : « Je n’entends pas des milliards des gens m’en parler autour de moi » constate cet habitant de Saint-Denis. Mais il a compris l’essentiel : « Ça sert à mettre à plat toutes les avancées qu’il y a eu dans les différents pays et à faire un bilan de l’évolution de l’épidémie ». Tout de même, il s’interroge : « Est-ce que ça sert vraiment ? ». Pour lui il y a beaucoup de « beaux discours […] ils se réunissent, mangent des petits fours, passent un excellent week-end ». Ce qu’il veut c’est du concret : « J’attends des résultats ».

Il ne se plaint pas de sa situation : « Je ne suis pas en train de dire qu’on n’a rien en France ». Simplement il a du mal à voir à quoi sert l’argent pour la recherche contre le sida : « nous qui vivons avec le sida de nos jours, les retours moi, en tant que séropositif, je n’en vois pas beaucoup, mis à part que je suis dans un pays où je suis bien soigné, donc c’est quand même l’essentiel ». Pour ce dyonisien, il s’agit d’un problème d’utilisation de l’argent : « si chaque franc était dépensé de manière plus logique, il y aurait moins de discriminations, il y aurait moins de gens dans la solitude, il y aurait moins de souffrance »

Yann ce qu’il aime c’est l’action. Faire de prévention ne se limite pas à « un affichage à outrance » selon ce papa de 44 ans, « c’est vraiment le témoignage qui fait que la prise de conscience existe ». Là il parle du Projet Madeleine, menée par le Comité des Familles. Cette initiative permet à des jeunes de rencontrer des personnes séropositives pour qu’ils sachent ce que c’est, de vivre avec le VIH/Sida au quotidien. Pour lui il n’y a pas meilleure prévention car il s’aperçoit que « tout ce qui est distribution à tout va de préservatifs, […] même si c’est utile, ce n’est pas le biais fondamental pour passer l’information que vivre avec le sida, c’est une vraie galère ».

Yann aurait aimé être invité à cette Conférence internationale sur le sida en Autriche. Non pas pour visiter la capitale Vienne et charmer les filles avec ses beaux yeux bleus, mais pour « rappeler que la recherche est fondamentale mais qu’on oublie un peu trop la qualité de vie des séropositifs, la discrimination qui existe encore ».

Texte : Sandra Jean-Pierre. Interview et montage : Ousmane Zaré.

Photos


Yann à la Conférence de presse « Les visages de l'épidémie », le 27 novembre 2009

Yann à la Conférence de presse « Les visages de l’épidémie », le 27 novembre 2009