Skip to main content.

Ariane | Congrès mondial du sida | Essais cliniques et recherche fondamentale | Femmes séropositives | Réseau national des correspondants du Comité des familles | Vaccin thérapeutique

AIDS 2010 : Ariane, mère séropositive, croit au vaccin contre le sida

20 juillet 2010 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Le 18ème Congrès mondial du sida réunit près de 25000 personnes, surtout des médecins, à Vienne en Autriche. C’est le plus grand rendez-vous qui permet de faire le point sur la recherche et sur la lutte contre la pandémie. Survivreausida.net donne, comme toujours, la parole aux premiers concernés.

Ariane est séropositive depuis l’âge de 20 ans. Aujourd’hui à 31 ans, elle vit avec son conjoint, qui est séronégatif, à Strasbourg, en Alsace. Ensemble ils ont eu deux enfants qui eux aussi sont séronégatifs. Pourtant elle n’a pas été invitée à la Conférence internationale sur le sida à Vienne en Autriche. C’est le Comité des Familles qui l’a mise au courant de ce grand rendez-vous bi-annuel.

Elle aurait aimé y être pour donner son avis sur les questions de santé abordées pendant ces 5 jours, comme sur le fait par exemple, de donner un traitement à tous les séropositifs même si leur niveau d’infection est très bas. « C’est vraiment contraire aux droits de l’homme, aux droits des patients, des malades » s’inquiète-elle. « Ces médicaments-là c’est quand même toxique […] Aujourd’hui je suis obligée de prendre des médicaments mais si je n’étais pas dans ce cas-là, je ne prendrais pas de traitement ».

Pour cette maman séropositive, cette conférence est « un événement important » car elle peut « s’informer de l’actualité, concernant ce qui va se passer par rapport aux traitements, par rapport au suivi, savoir l’évolution de l’épidémie ». Un des sujets qu’elle suit attentivement c’est le vaccin contre le sida. Si elle n’a pas été convaincue par l’essai vaccinal mené en Thaïlande, la dernière étude conduite par des américains, lui semble plus crédible : « il y a des pistes intéressantes par rapport aux deux anticorps qu’ils ont trouvés qui permettraient peut-être de trouver une solution pour éradiquer le sida ». Mais elle n’est pas naïve : « On sait que lors de cette Conférence, il y a aussi beaucoup de financeurs, certains chercheurs peuvent mettre ça en avant pour espérer avoir des subventions. Mais pour moi ça reste un espoir ».

Mais il n’y a pas que la recherche qui compte pour Ariane. La priorité c’est aussi « le soutien des malades ». Elle rappelle « que c’est quand même difficile de vivre avec le VIH ». D’ailleurs dans sa région, peu de choses est fait concrètement pour les personnes séropositives d’après elle, « même au niveau de la prévention, c’est le calme plat ».

Son message pour les chercheurs, médecins et personnalités politiques est simple : « écouter les personnes séropositives », « continuer à chercher » mais en respectant « le droit des personnes ».

Interview, texte et montage : Sandra Jean-Pierre