Skip to main content.

À propos de papamamanbebe.net | Jennyfer | Projet Madeleine Amarouche | Zina

Projet Madeleine : Zina et Jennifer expliquent la vie avec le VIH aux jeunes d’un lycée professionnel à Pantin

1er avril 2010 (papamamanbebe.net)

4 Messages de forum | | Votez pour cet article

Son (Musique)

Reda : L’émission continue, on vous a beaucoup parlé de Méga Couscous, alors à quoi ça sert un Méga Couscous ? C’est Sophie, Jennifer et Zina qui vont vous expliquer, parce qu’elles sont… elles participent à ce qu’on appelle au sein du Comité des Familles, le Projet Madeleine. Pour ceux qui ne savent pas qui était Madeleine, je vous invite à vous rendre sur le site papamamanbebe.net. Jennifer et Zina se sont rendues dans un lycée, elles vont nous dire où et quand, et ce qu’elles y ont fait.

Zina : C’était vendredi dernier, et c’était… un témoignage qui a duré deux heures… dans un lycée à Pantin.

Réda : C’est-à-dire tu…

Zina : … dans un lycée à Pantin.

Reda : Oui…

Zina : C’était une petite classe de 22 élèves, il n’y avait que des filles, et un garçon.

Reda : Mais vous avez fait quoi ? Quand tu parles de témoigner, c’est pour témoigner de quoi ?

Zina : Ben en fait on a apporté notre témoignage en tant que personnes atteintes du VIH, ben on a parlé de, de notre contamination, de comment on vivait la maladie, on a répondu à leurs questions aussi, ils nous ont posé toutes sortes de questions.

Reda : Et sauf si je me trompe, c’était la première fois ?

Zina : Oui ben pour nous trois en fait, autour de cette table…

Jennifer : Oui.

Reda : Alors, tu peux te présenter ? Nous rappeler, pour ceux qui ne connaissent pas encore Zina de l’émission, ton âge, ta situation familiale, en quelques mots ?

Zina : Ben donc, j’ai 41 ans, je suis maman de deux enfants, séropositive depuis… 20 ans là bientôt, au mois d’août. (Rire)

Reda : Et Jennifer, bonjour et bienvenue à l’émission.

Jennifer : Bonjour, ben moi c’est Jennifer, j’ai 21 ans… et puis ben… (Rire). J’ai « beugué » là un petit peu.

(Rires)

Jennifer : Ben je suis porteuse du sida depuis la naissance.

Reda : Du virus, ouais.

Jennifer : Ouais ! (Rire)

Reda : On se comprend.

Jennifer : Voila, je suis un peu…

(Rires)

Jennifer : Et puis ben voila, je ne sais pas…

Reda : Alors racontez-nous comment ça s’est passé parce que ce Projet Madeleine… Donc Sophie est avec nous, elle a beaucoup, beaucoup travaillé pour que ces interventions puissent déboucher sur du concret, c’est-à-dire donner la possibilité aux personnes séropositives, qui le souhaitent, d’aller en parler, dans les écoles, dans les collèges, tu peux nous dire où en est le projet aujourd’hui ?

Sophie : Et ben donc vendredi dernier c’était la première intervention concrète du Projet Madeleine, et je voudrais vraiment remercier toutes les personnes qui sont allées témoigner, toutes les personnes qui s’impliquent depuis le début du projet, parce que c’est… voilà, c’est depuis le mois de septembre qu’on fait ça et on a réussi… là on est au mois de mars 2010, donc en à peine six mois, on a réussi vraiment à motiver des gens pour aller témoigner donc ce n’est pas facile et il faut vraiment avoir un courage assez extraordinaire pour témoigner devant des gens qui ne connaissent pas du tout ce que c’est que le VIH, composés de pleins de préjugés vis-à-vis des personnes séropositives, donc pour tout ça je voudrais leur dire un grand bravo et puis j’espère qu’on va pouvoir mettre en place, ben de nouvelles interventions, il y en a déjà deux qui sont prévues pour mars et avril donc le Projet Madeleine, c’est vraiment bien parti…

Reda : Dans deux établissements scolaires… oui…

Sophie : Oui Oui.

Reda : Alors juste pour l’anecdote, il y a quand même un établissement, c’est un collège dans une partie, on va dire… plutôt riche du 93, qui n’a pas voulu afficher l’affiche du Méga Couscous, parce que, nous ont-ils dit : ils trouvaient que ça stigmatise pour la banlieue. Mais racontez-nous alors, comment ça se passe cette rencontre avec des adolescentes, donc c’est que des filles, le garçon, il avait quelque chose à dire par exemple ?

Jennifer : Non il n’a pas parlé.

Reda : Il n’a pas parlé ?

(Rires)

Zina : C’est vrai qu’il n’a pas posé de questions d’ailleurs…

Jennifer : Mais il était attentif !

Reda : Et donc vous débarquez, vous vous présentez, voilà, bonjour c’est Zina, c’est Jennifer…

Zina : Voila, on s’est présentées, enfin d’abord on a présenté le… on a parlé du Comité des Familles, on a présenté le Projet Madeleine, et ensuite chacun à tour de rôle on a apporté notre témoignage, et ensuite ben ils nous ont posé toutes sortes de questions.

Reda : Tu veux reprendre la liste de tes questions pour… (Rire) Vas-y.

(Rires)

Zina : Ben les questions, ben il y a eu des questions concernant l’association qui étaient : comment obtient-on ? les subventions…

Reda : Ah bon, ah ouais…

Zina : …ce qu’on en fait…

Reda : (Rire), ouais, d’accord…

Zina : Est-ce que le comité est répandu dans le monde entier (rire), et qu’est ce qu’on fait dans le comité…

Reda : Ah oui donc ils voulaient en savoir vraiment plus sur l’association…

Jennifer : Pourquoi on est dedans aussi ?

Zina : A quoi sert le comité, oui, ils voulaient savoir…

Reda : Ah oui d’accord. Et des questions sur la vie avec le VIH ?

Zina : Oui, mais j’ai fait justement deux… tu vois ?

Reda : Ah oui, pardon, oui.

Zina : J’y viens. Donc sinon, oui, quels sont les risques de contamination ? est-ce qu’on peut l’attraper en étant en contact avec une personne séropositive ? si on est blessé ? une question aussi sur cunnilingus, fellation, est-ce que les traitements sont 100 % efficaces, aussi on nous a demandés…

Reda : Ouais, ouais.

Zina : Est-ce que, comment on est, comment on paye nos traitements aussi…

Sophie : C’est bien ça.

Zina : On a dit que c’était la sécurité sociale, et les effets secondaires des traitements, et puis ils nous ont aussi demandés pourquoi est-ce que les homosexuels avaient été les premiers infectés. Voila en gros, bon j’en ai peut être oubliée quelques unes, en gros c’était ça.

Reda : L’une et l’autre, c’est quoi votre sentiment après avoir fait ça ? Est-ce que vous avez le sentiment que, quelque chose avait bougé dans leurs regards sur ou dans les idées qu’elles pouvaient avoir sur la maladie et sur les personnes malades ?

Zina : Ben je pense qu’on a apporté quand même, oui qu’ils… ça n’a pas du tout été inutile quoi. Ils ont été réceptifs et on a apporté plus de connaissances en fait, on leur a expliqué, ouais, ce qu’est le VIH, comment… Et oui je, enfin Oui.

Jennifer : Moi aussi je trouve.

Zina : Je trouve ce projet très intéressant et très utile en fait avec les complémentarités avec le personnel soignant, les infirmiers ou les médecins qui peuvent témoigner, c’est vrai que c’est bien aussi de… que des gens touchés par la maladie expliquent, enfin témoignent quoi, c’est…

Reda : Oui. J’aimerais demander à Kore parce qu’il disait oui, il faut… jeunes qui pensent que ça n’arrive qu’aux autres, tout ça… On a déjà parlé de ce Projet Madeleine, donc tu sais ce que c’est, là on est passé à la phase concrète où Jennifer et Zina font partie des premières personnes qui y vont, dans les établissements. Et comme l’a dit Sophie, il faut quand même pas mal de courage pour y aller, c’est-à-dire voila « bonjour j’ai le sida ». Comment toi, en tant que… voila, quel regard tu portes sur ce projet-là et puis sur le fait que des gens qui sont touchés, décident de ne pas en rester là et d’apporter leur pierre, voila, pour que l’histoire ne se répète pas ? Qu’est-ce que tu en penses ?

DJ Kore : Je trouve la démarche vraiment bien dans le sens où je pense que ça fait autant de bien à la personne qui en parle de pouvoir… de pouvoir faire ce… voila ce devoir de mémoire et d’information, par rapport au public, et je pense que c’est aussi bien pour le public, parce que surtout, les petits jeunes au collège ou en lycée, si, peut importe la cause, si tu n’es pas touché en direct, tu n’accordes pas… tu n’y apportes pas d’importance limite. Donc je pense que c’est aussi bien pour eux d’avoir des personnes qui malheureusement sont touchées par le VIH, et je pense que, ils sont plus à l’écoute, je n’y étais pas mais je pense que… une aide soignante qui viendrait en parler comme ça…

Zina : Voila, eux c’est le côté technique et nous c’est…

DJ Kore : Voila.

Zina : …c’est le concret.

DJ Kore : Ben oui parce que…

Sophie : Le vécu.

DJ Kore : Voila, ben justement, le concret, le concret c’est ça c’est…

Zina : Ce n’est pas des chiffres où…

DJ Kore : Voila, voila, je pense que voila, c’est se battre aussi contre les stéréotypes, donc non c’est une démarche magnifique et puis c’est relayer surtout la démarche de Madeleine.

Reda : De Madeleine oui.

Transcription : Alissa Doubrovitskaïa

Forum de discussion: 4 Messages de forum