Skip to main content.

DJ Kore | Méga couscous des familles vivant avec le VIH | Ousmane Zaré | Waguess Family

DJ Kore de RaïN’B Fever et Ousmane Zaré de la Waguess Family : deux artistes solidaires des familles vivant avec le VIH

18 mars 2010 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Reda : Autour de la table, donc, Nabila, Ousmane, Sam … Ousmane qui va nous présenter son invitée pour la rubrique culturelle.

Ousmane : Oui, c’est Laura…

Laura : Bonjour à tous et à toutes !

Reda : Oui, bienvenue. Donc, Kore qu’on a déjà présenté… Sophie, Bruno qui a ouvert l’émission, Jennifer, Zina, Alissa, et une dernière invitée dont j’ai oublié le pseudo…

Amina : Amina.

Reda : Amina oui… et je voulais juste savoir pour qui ce sera le premier Méga Couscous ? Toi, tu étais au premier Méga Couscous, donc non. Ousmane, ce sera son premier…

Ousmane : Mon premier, oui.

Reda : Sam ?

Sam : Premier aussi… Je n’en ai pas fait avant.

Reda : Ah ouais, c’est vrai en plus… premier Méga Couscous. Kore ?

Kore : Pareil, ouais.

Reda : Sophie ? Bruno ? Ah, donc on n’est que deux à savoir ce que c’est que le Méga Couscous !

Laura : Moi, j’ai mon ancienne belle-mère qui était super bonne cuisinière, et qui faisait un super couscous…

Reda : Un super couscous ouais… ben, là ce sera un Méga Couscous ! Ousmane sur la partie artistique, sur le concert, avec Kore et sur les autres invités, qu’est-ce que tu peux nous dire pour mettre l’eau à la bouche de ceux qui nous écoutent ?

Ousmane : Sur les autres invités, ce que j’ai à dire… eux viennent d’Italie, donc on va dire que c’est à côté oui… (rires), ça dépend de la manière dont on voit à côté, parce que ces artistes-là se sont dit… tant qu’on dit, voilà, le Comité des Familles et en solidarité, il n’y a pas de souci, vous ne déboursez rien, nous on prend notre avion, on fait le concert pour toutes ces familles-là, pour leur faire comprendre que même de l’autre côté, voilà, dans les pays voisins, on pense à vous, et on est avec vous. Donc, en gros c’est la Waguess Family et Benji qui viennent directement d’Italie, moi, Youssoupha et DJ Kore, pour la scène du soir. Donc, parlons aussi un peu de la scène de l’après-midi…

Reda : Oui de la scène ouverte…

Ousmane : Avec des artistes programmés, dont Laura que nous recevons pour cette émission. On a reçu aussi d’autres personnes par rapport aux émissions précédentes. Donc, en gros voilà… je ne sais pas ce qu’il en est concernant les Couscous passés, mais là, je pense que c’est vraiment la journée méga méga Couscous ! Pour moi en tout cas, je pense qu’il s’agit d’une très belle expérience à vivre surtout avec le Comité, pour ma première fois.

Reda : Alors, Ousmane et Kore, vous êtes deux artistes qui nous soutenez chacun à votre façon, chacun avec vos moyens. Ousmane fait plein de choses avec les enfants. L’année dernière, on avait fait pas mal de choses ensemble, notamment autour de ce que l’on a écouté en début d’émission. L’un et l’autre, pouvez-vous redire ce qui motive votre engagement auprès du Comité des Familles, et comment ou quelle conception avez-vous de cet engagement ?

Ousmane : Moi, je dirais d’abord que je suis affecté par cette maladie-là. Donc, c’est une des premières raisons qui me poussent à donner tout ce que j’ai, à partager tout ce que j’ai comme compétences en matière artistique. Et ensuite, comme je l’ai souvent dit, chaque homme est une brique pour chaque autre homme, donc pour moi, aider à reconstruire, aider à faire avancer les choses, c’est la mission de tout homme. Voilà pourquoi j’ai été avec le Comité dès le début, et jusqu’à la fin, j’espère.

DJ Kore : Moi pour ma part, c’est la désinformation autour de cette maladie, et le côté bon enfant qu’on veut lui donner à travers des spots que je vois à la télé et la réalité que je vois au sein du Comité des Familles. Donc, c’est déjà par rapport à ça, et les inégalités entre les différents coefficients de parole, de tribune, qu’on donne pour s’exprimer là-dessus. Alors, est-ce qu’il y a une relation de cause à effet entre les origines de chacun, et je n’en dirai pas plus là-dessus…

Reda : … et les affinités « couscoussières » de chacun… (rires)

DJ Kore : … je vous laisse juger. Et voilà, c’est par rapport à cela que je suis là, et je me sens investi par ça et ça me touche. Et je pense que surtout en banlieue, il faut vraiment que les jeunes aient le choc de l’événement par rapport à ça, que c’est vraiment loin de ce que j’entends parfois dans des discussions où ça me fait froid dans le dos… Les mômes aujourd’hui, ils jouent à la roulette russe, parce qu’ il y a ce truc où on a l’impression que c’est bon… puis, on croit toujours que ça arrive qu’aux autres…

Reda : Oui il y a une culture du risque. Alors, en tant qu’artiste maintenant, Ousmane qui arrive du Burkina Faso ne connaissait pas Raï’nb fever, sauf si je me trompe… (rires)

Ousmane : Tu te trompes ! (rires) Parce qu’en fait si tu veux, voilà, de culture hip-hop, à la base Raï’nb fever quelque part ça rejoint un peu tout ça… puisque nous on écoute presque que ça en boîte. Et après, on a connu plus le côté « Leslie-Magic System » qui a vraiment cartonné.

Reda : Et de l’autre côté, Kore, est-ce que tu connaissais Ousmane ? Où est-ce que tu avais entendu parler d’Ousmane et de ce qu’il fait au Burkina Faso ? Quand il marche dans les rues de Ouagadougou, tout le monde le reconnaît et le salue.

DJ Kore : Non, en fait non, je ne connaissais pas avant… mais voilà, pour avoir « masterisé » son prochain album qui arrivera bientôt dans les bacs…(rires) pour avoir écouté son album, parce qu’il l’a « masterisé » chez nous … euh voilà, c’est un artiste qui a pas mal de choses à dire, moi j’aime beaucoup, surtout au niveau de l’écriture. Tu vois, c’est beaucoup plus sur le fond que sur la forme, même si les deux se mélangent… Et si tu veux, c’est le genre de plume qu’on perd au sein du rap français aujourd’hui… qu’on peut retrouver chez certains artistes comme Oxmo ou autre, sur la profondeur des textes, mais c’est une plume qui se perd de plus en plus, donc ça fait du bien de retrouver des artistes comme ça.

Reda : On va écouter un des morceaux qu’Ousmane nous réserve pour samedi soir, c’est un morceau qu’il a composé avec et pour le Comité des Familles, voilà, et puis j’inviterai les uns et les autres à donner leurs avis sur ce morceau. Donc, on écoute ça, et on en parle après.

(morceau : La maladie aux quatre lettres, Ousmane)

Reda : Voilà, La maladie aux quatre lettres, ça c’est Ousmane, c’est composé à Paris, à la Maison des Familles avec le Comité des Familles, enregistré à Ouagadougou et masterisé, fin remixé …

Ousmane : … À Paris au studio Artop de DJ Kore. Donc, en gros voilà, comme on avait l’habitude de le dire, l’artiste en résidence du Comité des Familles… et pour moi, il n’y a avait pas de raison que je sois en résidence et que je ne puisse pas quand même relater ce que j’ai vécu ici et ce que je voyais autour de moi. Voilà, la raison pour laquelle j’ai sorti La maladie aux quatre lettres.

(début du son)

Tina : Bonjour le m’appelle Tina, je suis séropo, j’ai 34 ans, pour les séropos et ceux qui les aiment, en hommage aux disparus de la banlieue, et en solidarité avec les malades des pays du Sud, le Comité des Familles vous invite au Méga Couscous des Familles, le 20 mars à Saint-Denis. Méga Couscous, venez manger, rencontres, échanges, ne restez pas tout seul le soir à 20h, concert Raï’nb avec Kore, Youssoupha, Ousmane, la Waguess Family et les invités surprises ! Rejoignez-nous au Méga Couscous des Familles le 20 mars 2010 à 14H, à Saint-Denis, réservations gratuites mais obligatoires au 01 40 40 90 25, ou sur le site megacouscous.net.

(fin du son)

Transcription : Yentl Coubes.