Skip to main content.

Méga couscous des familles vivant avec le VIH | Nabila | Ousmane Zaré

Si ce soir je pleure : Ousmane dédicace sa chanson aux familles du Méga Couscous de Saint-Denis

12 mars 2010 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Réda : Et on va partir maintenant du Casino de Paris, du Marais, jusqu’à Saint-Denis où aura lieu le Méga Couscous.

(début du son)

— Selon vous qu’est-ce que c’est un Méga Couscous ? Quand je vous dis Méga Couscous qu’est-ce que vous imaginez ?
— Euh bah ça me fait penser en tout cas à une bonne ambiance, parce que « Méga Couscous des familles » j’imagine qu’il y’aura et de la musique et à manger (rire).
— UN MÉGA COUSCOUS ?! Un plat avec beaucoup de couscous, beaucoup de semoule… donc il y’a des boulettes, il y’a des carottes, il y’a un bouillon très bon… mais pourquoi cette question ?
— Ben ça a l’air méga, ça parle de couscous, on peut y dîner en famille donc le message est bien résumé. Après « pour les séropositifs et ceux qui les aiment »… ben voilà, le message est clair.
— Après je pense qu’il sera très convivial et que l’important c’est de partager et d’être avec des personnes sympathiques.

(fin du son)

Réda : Comme l’a rappelé Ousmane on est maintenant à 11 jours de ce Méga Couscous des familles qui se prépare, donc ça chauffe au Comité puisqu’on est tous mobilisés là-dessus, et pas que nous puisqu’il y’a aussi l’hôpital de Saint-Denis, la mairie, Ligne 13, et surtout beaucoup beaucoup d’artistes… on était lundi avec Booder et Tarik sur Beur FM, écoutons Nabila qui est une maman du Comité des familles et qui s’est exprimée sur l’antenne de Beur FM, donc on l’écoute et puis on en parle après.

(début du son)

Nabila : Pour dire quelque chose sur le Comité, je dirais qu’il y a de la vie : effectivement depuis quelques années les familles du Comité et les familles en général touchées par le VIH, osent faire des enfants, alors qu’il y a quelques années, une dizaine d’années, il y avait le risque d’avoir un enfant contaminé, et depuis l’arrivée des trithérapies… pour les gens qui ne savent pas : les trithérapies sont les traitements qui combattent le virus du VIH. Donc, depuis l’arrivée des trithérapies les familles bien sûr ont pu souffler… je fais partie des familles ayant perdu un enfant touché par le sida, donc en 1999 c’était ma première victoire sur le VIH, c’était une bonne claque que je lui mettais… la vie a pris le dessus et j’ai pu faire un enfant séronégatif, étant moi-même et mon époux séropositifs et mariés depuis 20 ans… et juste pour expliquer le bonheur, et ce dire que ce n’est pas fini, que ce n’est pas parce qu’on est contaminé que la vie est finie pour nous, et malheureusement encore aujourd’hui en 2010 on montre encore des jeunes qui vivent dans les clichés, les stigmates de la maladie… évidemment il faut aller se faire dépister, il ne faut plus que ce soit un obstacle, parce qu’aujourd’hui il y’a les centres de dépistages gratuits et anonymes, je tiens à le préciser, donc il n’y a pas à mettre de l’argent et puis c’est anonyme donc la personne… c’est une protection, c’est une garantie. Dire que les traitements sont lourds et pénibles… euh… nous on les prend parce qu’on est forcé, on est malade, mais étant mère d’une adolescente de 17 ans je ne voudrais pas qu’elle vive la même chose, et je ne voudrais pas que les enfants de son âge ou d’une autre génération vivent cela. Il y en a assez, il y a eu une génération sacrifiée, je pense qu’aujourd’hui on pourrait penser sereinement à la vie et éviter ça à nos enfants.

(fin du son)

Réda : Le Méga Couscous des familles, ça se passe le 20 mars 2010 à 14 h à Saint-Denis en hommage aux disparus de la maladie en banlieue et en solidarité avec nos frères et nos sœurs dans les pays d’origine. On tenait à rappeler sur l’antenne de cette radio… et on va en faire d’autres puisqu’il y a aussi des passages prévus sur Afrique n°1 et sur Génération FM 88.2, au-delà de notre propre Fréquence Paris Plurielle. Si ce soir je pleure, en quelques mots Ousmane avant qu’on écoute le morceau.

Ousmane : En quelques mots… c’est un cri de guerre, en quelques mots c’est une révolution, en quelques mots c’est une dédicace pour tout ceux qui vivent avec le VIH.

(morceau : Si je pleure ce soir)

Transcription : Yentl Coubes