Skip to main content.

Alexandra et Nicolas | Fête des Amoureux | Femmes séropositives | Réseau national des correspondants du Comité des familles

VIH : À Pau, Alexandra organise la Saint-Valentin séromantique pour les séropositifs

12 février 2010 (Sud Ouest)

1 photo | 1 pièce jointe | | Votez pour cet article

Voir en ligne : VIH : À Pau, Alexandra organise la Saint-Valentin séromantique pour les séropositifs

L’amour en positif

Alexandra Raynal est séropositive depuis ses 18 ans. Mère de quatre enfants dont un bébé de 6 mois, elle soutient les séropositifs au travers du Comité des familles pour survivre au sida. (ph. l. L. ) Et si la Saint-Valentin était aussi faite pour les amoureux contaminés par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ? C’est le pari de la Paloise Alexandra Raynal, 30 ans et séropositive depuis ses 18 ans, mère de quatre enfants dont un bébé de 6 mois.

Il y a deux ans, cette ancienne salariée dans la restauration, remerciée par son patron après un arrêt maladie, a créé la délégation départementale du Comité des familles pour survivre au sida, une association nationale qui a aussi des antennes à Toulouse, Valenciennes, Nantes, en Haute-Savoie et en Martinique [1].

Dimanche, le 14 février, comme dans d’autres villes de France, Alexandra organisera une Saint-Valentin séromantique qui permettra aux séropositifs et « à tous ceux qui les aiment » de partager un moment de rencontre festif. Musique, pâtisseries et bonne humeur seront de rigueur.

Fausses idées

L’endroit est tenu secret pour éviter le voyeurisme et par souci de confidentialité pour les personnes. « C’est regrettable de devoir rester caché, mais c’est comme ça, les mentalités n’ont pas évolué depuis vingt ans. Il y en a encore qui croient que c’est une maladie qui ne touche que les toxicomanes et les homosexuels », déplore la jeune femme.

Alexandra agit désormais à visage découvert. Il y a deux ans, quand elle a lancé l’association, les photos dans la presse ne montraient pas son visage. « Je le faisais pour ma mère mais c’est fini tout ça ! », explique-t-elle dans un rire.

Elle a appris à vivre avec son virus contracté jeune par une liaison « avec un ami infidèle ». Elle est sous traitement par trithérapie.

Cela ne l’a pas empêché de se marier deux fois et d’avoir quatre enfants, tous séronégatifs, c’est-à-dire en bonne santé. Elle n’est pas un cas isolé. « En 2008, il y a eu 1 500 femmes qui ont donné naissance à des enfants séronégatifs en France, parce qu’elles sont traitées pendant la grossesse et que le bébé a un suivi rétroviral dès ses premiers jours. »

Alexandra a dépassé les remarques, regards ou sentiments indésirables. « Le VIH est un filtre à cons », dit-elle. Et de dénoncer la discrimination qui demeure dans le travail, la famille, le parcours médical.

Quand une personne contacte le Comité des familles pour survivre au sida, Alexandra est à l’autre bout du fil pour écouter la personne, l’assister dans ses démarches et surtout de la soutenir. « Pour moi, le comité a brisé dix ans de silence. Le comité des familles, c’est ma deuxième famille. » Son combat est désormais de sortir les séropositifs de la solitude et de leur donner des messages d’espoir. Prouver que l’amour, l’enfantement et le bonheur sont possibles même en étant séropositifs. « Il faut savoir qu’à l’hôpital de Pau, la file active est de 600 personnes séropositives et malades confondus ». Seuls 3 % des séropositifs vont vers des associations comme Aides, Sid’avenir et le Comité des familles pour survivre au sida.

La Saint-Valentin séromantique sera l’occasion de fêter les amoureux mais aussi de rencontrer Alexandra, petite fée amochée qui veut changer le regard des autres.

Odile Faure

Notes

[1] À Pau, l’association attend désespérément l’aide de la mairie pour obtenir un local décent. Pour la Saint-Valentin séromantique, s’inscrire sur le site www.papamamanbebe.net/amour Contact : 06 29 12 29 30 ou alexandra@papamamanbebe.net

Photos


VIH : À Pau, Alexandra organise la Saint-Valentin séromantique pour les séropositifs

VIH : À Pau, Alexandra organise la Saint-Valentin séromantique pour les séropositifs