Skip to main content.

Alexandra et Nicolas | Fête des Amoureux | Nadine | Réseau national des correspondants du Comité des familles | Soirées séromantique

Nadine et Alexandra, deux femmes pleines d’amour, vous convient à fêter la Saint-Valentin Séromantique à Toulouse et à Pau

29 janvier 2010 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Reda : Ce sont les soirées séromantiques pour fêter l’amour plus fort que le VIH. Le Comité des Familles organise dans 4 villes. Alors qui sait quelles sont les 4 villes ? Chacun va en donner une. Nabila ?

Nabila : Valenciennes.

Reda : Voilà, Tina ?

Tina : Pau.

(Reda demande à Ali, mais il ne sait pas)

Reda : Paris déjà. Prend Paris !

Ali : Ah oui !

Tina : Et Toulouse !

Reda : Toulouse, voilà. On salue vraiment du fond du cœur les correspondants Ben, Nadine et Alexandra, qui sont en train de se bagarrer pour vous, puisque vous nous écoutez. Peut-être vous êtes à Toulouse, Pau, Valenciennes ou Paris. N’oublions pas Paris, c’est la capitale quand même. N’est-ce pas Ben ? (rires) Il y a Alexandra qui a réalisé ce clip, je vais vous faire écouter ça. En fait ce n’est pas un clip, c’est un jingle, comment on appelle ça ? Bref, une annonce promotionnelle qui va passer sur radio pau d’ousse

Début du son.

Teaser Saint Valentin séromantique de Pau

— Parce que le VIH ne tue pas l’amour.

— Le Comité des familles 64 organise la Saint-Valentin « séromantique ».

— La Saint-Valentin « séromantique », le 14 février, de 14h à 19h.

— Pour tous renseignements et réservations, un seul numéro le 06.29.12.29.30.

— 06.29.12.29.30.

— Et par mail, alexandra@papamamanbebe.net.

— Dans un souci de confidentialité, le lieu de l’évènement vous sera communiqué lors de votre réservation.

— Plus d’informations sur www.papamamanbebe.net . La Saint-Valentin « séromantique », le 14 février de 14h à 19h.

Fin du son.

Reda : Alors, comment vous trouvez ce clip. C’est donc pour la soirée Saint-Valentin séromantique à Pau. Nabila ça te plait ?

Nabila : Joli lancement, ça donne envie d’y aller. Malheureusement moi je ne suis pas célibataire, mais si j’étais célibataire, je ferais 100km pour y aller oui.

Reda : Alors Tina ? Non, je ne vais pas te demander si tu es célibataire ou pas, ça c’est de l’ordre du privée. Mais comment tu trouves ce clip ?

Tina : Super ! Vraiment pro ! Bravo Alex.

Reda : Alors à Pau on sait que les gens prennent l’affiche, les petites affichettes, les petits cartons de la Saint-Valentin mais n’appellent pas. Et je pense qu’il y a encore une très lourde crainte par rapport à tout ça. Ali tu as déjà vécu en province ?

Ali : Oui mais je ne me suis pas vraiment attardé très longtemps mais c’est vrai que c’est un peu différent. En ce qui me concerne je n’ai jamais eu de problème pour parler de mes pathologies.

Reda : Avec la province.

Ali : Ni avec la province, ni avec Paname.

Reda : Même pas avec Valenciennes ?

Ali : Même pas. (rires)

Reda : Ok. Alexandra sur la Saint-Valentin, Sandra lui a parlé ce matin, on va voir qu’est-ce qu’elle avait bien à nous raconter encore.

Début du son.

Reda : Est-ce que tu peux nous dire ce qu’est pour toi l’amour ?

Alexandra : L’amour, c’est être à deux. Pouvoir combattre tous les problèmes de la vie à deux. Par rapport aussi au VIH, c’est se soutenir mutuellement et aussi, surtout, pouvoir fonder une famille, avoir des enfants et vivre heureux même avec le VIH.

Sandra : Le 14 février, tu vas organiser la Fête des amoureux pour les séropositifs et ceux qui les aiment. Est-ce que tu peux nous présenter cette fête pour ceux qui nous écoutent pour leur donner envie de venir ?

Alexandra : Ce n’est pas parce qu’on est séropositif qu’on n’a pas le droit à l’amour. Donc la Saint-Valentin « séromantique », ce sera un bon moment pour se rencontrer et pourquoi pas trouver son âme sœur lors de cette journée.

Sandra : Et ça se passe où cette fête ?

Alexandra : Ça se passera dans une salle dans l’agglomération paloise. Et dans un souci de confidentialité, le lieu de l’évènement ne sera communiqué qu’au moment de la réservation quand la personne appellera pour s’inscrire. On lui donnera l’adresse, les coordonnées. Et s’il le faut, on lui enverra un plan par mail de l’endroit où ça se passe.

Sandra : Comment on fait pour réserver ?

Alexandra : Pour réserver ou même pour des renseignements, on peut envoyer un mail à alexandra@papamamanbebe.net ou bien, on peut m’appeler au 06.29.12.29.30.

Sandra : Elle s’adresse à qui cette fête ?

Alexandra : Alors elle s’adresse aux séropositifs et à ceux qui les aiment, aux célibataires, aux couples et à toutes les personnes qui soutiennent la cause du VIH.

Reda : Et est-ce que tu es amoureuse ?

Alexandra : Ah oui, je suis très, très amoureuse.

Reda : Alors racontes-nous la dernière que tu as dit « je t’aime ».

Alexandra : La dernière fois que j’ai dit « je t’aime », c’était hier soir à mon mari et voilà. On se le dit plusieurs fois dans la journée, même, pour entretenir cet amour.

Reda : Et la première fois que tu as lui dit « je t’aime » ?

Alexandra : Bah la première fois… le jour de notre première rencontre.

Reda : C’est-à-dire, tu le rencontres, tu dis « Bonjour, moi c’est Alex… Je t’aime ! ».

Alexandra : Non, pas comme ça, ça ne s’est pas trop passé comme ça (rires). Mais au fil de la soirée, il y a pleins de choses qui se sont passées dont ce coup de foudre qui a été assez particulier aussi, au moment de l’annonce de ma sérologie, de ma maladie, ça a confirmé aussi les sentiments que l’on avait mutuellement.

Reda : Ta meilleure Saint-Valentin, c’était quand ?

Alexandra : Ma meilleure Saint-Valentin, c’était quand ? Moi, je fais la Saint-Valentin assez souvent avec mon mari puisqu’on n’attend pas la Saint-Valentin pour se faire des petits repas en amoureux. Mais la dernière Saint-Valentin… l’année dernière, mon mari avait fait un repas à la maison puisque j’attendais la petite Léa, donc c’est lui qui a fait un repas à la maison avec des chandelles, la musique et tout ce qui va avec.

Reda : Qu’est-ce qui est le plus difficile : l’amour sans le sexe ou le sexe sans l’amour ?

Alexandra : Oh là… l’amour sans le sexe ou le sexe sans l’amour ? Normalement, l’un ne va pas sans l’autre. S’il y a de l’amour, il y a du sexe et s’il y a du sexe, il y a de l’amour.

Reda : Tu es sûre ?

Alexandra : Moi, c’est comme ça que je le vois.

Reda : D’accord et bien, c’est merveilleux.

Fin du son

Reda : C’est un couple Alexandra et Nicolas pour ceux qui ne les connaissent pas encore, qui préparent cette Saint-Valentin séromantique à Pau. Alors je me dis quelque part si Alexandra était célibataire, ça pourrait faire venir des hommes à la fête ou si Nicolas...mais bon, je crois que Nicolas ne prête pas. (rires)

Nabila : Il a raison.

Reda : Voilà, et il a bien raison, je rajouterais même. Alors ça c’est Pau. Il n’y a pas que Pau, il n’y a pas que Paris, il n’y a pas que Valenciennes. Il y a aussi Toulouse et Sandra a aussi pris le temps pour rappeler et discuter avec Nadine.

Début du son.

Sandra : L’amour, tu le définis comment ?

Nadine : L’amour, c’est aimer quelqu’un, aimer sa personne, aimer ce qu’il représente, aimer sa façon d’être, son physique aussi, aimer beaucoup de choses.

Sandra : Aimer faire l’amour aussi ?!

Nadine : Aimer faire l’amour.

Sandra : Tu organises la Fête des amoureux à Toulouse. Est-ce tu peux nous présenter cet évènement pour donner envie - à tous ceux qui nous écoutent - de venir ?

Nadine : Cette fête aura lieu le samedi 13 février à Toulouse de 19h à minuit. C’est une soirée où il y aura un concert avec deux groupes. Il y a un groupe festif de trois gars qui vient du Gers qui font un peu de tout. C’est assez bien ce qu’ils font. Et le groupe de jazz manouche. Je pense qu’avec ces deux groupes, on aura une ambiance géniale. Et puis, venez nombreux. Vous verrez, on s’amusera bien. L’amour sera là, j’espère pour vous, pour un jour ou une vie.

Sandra : Tout ça pour une super fête. Comment on fait pour réserver ?

Nadine : On peut aller sur le site du Comité des familles situé à Paris : www.papamamanbebe.net. Sinon, on peut me joindre sur ma boîte mail : nadine@papamamanbebe.net et mon numéro de téléphone : 06.64.68.92.21. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

Sandra : Donc, cette fête, elle est gratuite ?

Nadine : Oui, c’est gratuit.

Sandra : Cette fête s’adresse à qui ?

Nadine : Aux personnes concernées par le VIH et tous ceux qui les aiment. A tous ceux qui ont envie d’adhérer à cette soirée.

Sandra : Est-ce que, par exemple, si j’ai juste envie de faire la fête, d’avoir une aventure d’un soir… Est-ce que je peux venir quand même ?

Nadine : Bien sûr, c’est là pour ça aussi. Si on peut, lors de cette soirée… trouver un copain et passer une bonne soirée. C’est pour ça aussi, bien sûr.

Sandra : Comment tu décris l’amour qu’il y a entre toi et Pascal ?

Nadine : L’amour entre moi et Pascal, c’est un amour qui dure depuis très longtemps. Parce que ce qui est bien significatif dans notre amour, c’est que ça fait longtemps qu’on est ensemble. 11 ans bientôt, au moins de mars d’ailleurs. C’est un amour qui s’entretient au quotidien, qui se régénère, je dirais. Parce qu’il faut toujours essayer de s’améliorer, essayer de faire des choses différentes, de s’investir, par exemple, dans la fête de l’amour. Tout ça contribue à ce que l’amour soit plus fort chaque jour.

Sandra : Donc ce n’est pas la routine entre vous deux ?

Nadine : Non, quand ça l’est, on essaye d’y remédier. Parce qu’à force de vivre ensemble, c’est vrai qu’il y a des moments où on a tendance à aller un peu vers la routine. Mais il faut justement à ce moment-là… On n’y reste pas longtemps parce qu’on a vite envie que ça change. Et donc, on fait pour que les choses changent et qu’on reparte heureux dans la vie.

Sandra : C’est quoi ta recette pour casser la routine ?

Nadine : C’est faire d’autres projets, revoir comment on vit, faire les choses différemment, apporter un peu d’originalité, et puis, en faisant des choses différentes. Par exemple, assister à un concert, à une fête, à une pièce de théâtre avec des amis, être avec des amis aussi. C’est vachement important ça.

Sandra : C’est quand la dernière fois que tu as dit « je t’aime » à Pascal ?

Nadine : Là… Il n’y a pas longtemps parce que ça faisait longtemps que je ne lui avais pas dit. Mais entre-temps, à travers un coup de téléphone, je lui ait dit. Et je le lui dis souvent et lui aussi. C’est aussi par le biais de petits bisous, de clins d’œil, de regards.

Sandra : Est-ce que tu te souviens de la première fois où tu lui as dit « je t’aime » ?

Nadine : ça fait longtemps. Ah ouais, c’est au début quand j’ai commencé à le connaître. Il m’a redonné envie de faire des choses dans la vie. Et c’est à ce moment-là je pense, au début, quand on était ensemble. Tout à fait au début quand il me faisait me rigoler. Il y a beaucoup de choses qui me plaisait en lui, ses beaux yeux bleus aussi.

Sandra : La première fois qu’il t’a dit « je t’aime », tu t’en souviens ?

Nadine : Lui, ça a été plus difficile. Parce que… il a eu des difficultés à le dire. Maintenant, il le dit plus souvent. Mais au début c’est vrai qu’il ne le disait pas souvent. Moi, à force de le titiller un peu, il a… C’est vrai que c’est bien aussi de le dire.

Sandra : C’est quoi ta meilleure Saint-Valentin, tu t’en souviens ?

Nadine : Meilleure Saint-Valentin ? Il y a longtemps que je ne l’ai pas fêtée en fait. Alors ça va être l’occasion de la fêter (rires). Bah nous, tu sais la Saint-Valentin, ce n’est pas à des dates précises. C’est quand on a envie d’être bien, d’aller manger au restaurant, d’aller voir un truc, je ne sais pas… d’aller faire un tour…

Fin du son

Reda : Paris, Pau, Toulouse et Valenciennes. 4 fêtes pour les séropositifs et ceux qui les aiment. Beaucoup de gens sont un petit peu dans le désespoir, se disent que ce ne sera plus jamais possible de trouver l’amour, comme en atteste les témoignages de Nadine et d’Alexandra, toutes les deux en couples et qui semblent plutôt heureuse, en tout cas c’est ce qu’elles disent. Donc il n’y a pas de désespoir. Réaction autour de la table. Amina, savoir que maintenant, ce n’est pas encore dans toute la France, dans 4 villes de France c’est soirée séromantique. Est-ce que tu penses qu’un jour il y aura une Saint-Valentin séromantique en Algérie, pour les séropositifs là-bas ?

Amina : Je ne crois pas (rires). Je ne pense pas, d’ici 15 ans peut-être. Jusqu’à présent dans les associations, il n’y a pas grand chose. On avait à un moment des rencontres entre séropositifs mais ça n’a pas marché. C’était pendant deux mois après personne ne venait.

Reda : Malgré le besoin, malgré le fait de l’isolement

Amina : Oui, malgré le besoin on partait à l’hôpital et tout, ils disaient qu’on venait mais ils n’ont toujours pas ce courage.

Reda : Tina toi tu en as vécu des soirées séromantiques en 2008, en 2009. Je me souviens très bien de toi à la salle des fêtes à la marie du 19ème. T’es une des premières à danser. Et puis juste à côté de toi il y a Ali. C’est aussi un des premiers à débarquer sur la piste de danse. Alors racontez nous, comment ça se passe ses soirées, ces fêtes des amoureux puisque c’était ça à l’origine même si on rend hommage au poète italien qui nous a trouvé soirée séromantique.

Tina : Mon souvenir c’est que c’était une fête dans une super salle, la salle des fêtes de la marie du 19ème. On s’est bien amusé. Moi j’aime bien faire la fête donc je me suis peut-être un peu trop lâchée trop rapidement (rires).

Reda : Ali on ne se connaissait pas très bien. Tu n’étais pas encore militant du Comité des Familles comme maintenant mais tu étais parmi les premiers à militer pour la danse (rires).

Ali : Ah ça c’est sûr, c’est quelque chose qu’on partage avec Tina, qu’on aime danser. Mais c’est sûr que c’est un rendez-vous à chaque fois pour les personnes qui connaissent même pour ceux qui n’y sont pas allés, c’est quelque chose à vivre. C’est vraiment sympathique.

Reda : Ok. Moi je précise pour les auditrices et en particulier l’auditrice que j’aime, que je ne suis pas un danseur mais que je suis un lover (rires).

Nabila : Waw !

Reda : Alors, il y a des couples qui disent mais moi je suis en couple je ne peux pas venir dans une soirée séromantique. Alors Nabila dis-nous, toi qui es mariée depuis la nuit des temps.

Nabila : Depuis une vingtaine d’année.

Reda : Depuis l’âge des pierres (rires). Depuis jurassic park ! Qu’est-ce que tu vas faire à cette Saint-Valentin ? Est-ce que c’est une surprise ? Est-ce que c’est lui qui te fait une surprise ? Tu as une attente particulière, des roses, des cadeaux ?

Nabila : Tout à fait Reda. Pour moi c’est un jour particulier, c’est le jour où mon mari doit me renouveler.

Reda : Vous avez entendu ? Il doit ! (rires)

Nabila : Ah oui il doit parce qu’il m’a habitué depuis une vingtaine d’années, que ce soit une journée exceptionnelle, et c’est une journée exceptionnelle je veux dire bien avant de connaitre notre statut sérologique. La Saint-Valentin est déjà un jour, une occasion de rencontre. De plus depuis qu’on sait plus d’une dizaine qu’on séropositif, cette journée a plus de sens pour nous justement pour encore se dire qu’on s’aime malgré tout, malgré notre maladie, malgré notre combat, malgré les épreuves de la vie, qu’il y ait un jour au moins dans l’année on renouvelle nos vœux. On se dit je t’aime, on se dit je t’aime tous les jours.

Reda : Moi ce qui m’a épaté par rapport à ces fêtes qu’on organise au Comité, c’est vraiment l’ambiance fraternelle. Oui bien sûr il y en a quelques-uns qui viennent avec un but bien précis en tête. Mais ça c’est normal aussi, ça fait partie des choses de la vie on va dire. Mais à chaque fois je suis épaté par le fait que ça se passe comme une soirée entre amis et pas du tout comme un marché aux enchères. C’est ni un meetic, ni un speed-dating c’est plutôt sympathique et je suis sûr que ce sera pareille à Pau, Toulouse et Valenciennes. Alors je redonne le numéro du Comité des Familles, bien sûr on vous transmet les différentes coordonnées des correspondants. 01 40 40 90 25. Vous pouvez aussi m’écrire reda@papamamanbebe.net. Je transmets à qui vous voulez dans l’équipe, à qui vous voulez y compris aux célibataire, s’il y a des gens qui ont peut-être des messages à faire passer à l’équipe de l’émission. On repart en musique ou Ali, un dernier commentaire ?

Ali : Je voudrais simplement dire dans les deux témoignages qu’on a entendu précédemment, c’est qu’une relation amoureuse ça s’entretient, qu’on soit séropo ou pas. Et c’est vrai qu’avoir des petites attentions pour la personne avec qui on est et de se renouveler pour ne pas plonger dans le...

Reda : Voilà et juste un conseil d’ami. Ne jamais jamais oublier de souhaiter, par exemple, présenter les vœux de nouvelle année ou pour d’autres occasions. D’abord à la personne qu’on aime, ensuite au reste du monde. A bon entendeur (rires).

Transcription : Sandra Jean-Pierre