Skip to main content.

Alexandra et Nicolas | Fête des Amoureux | Réseau national des correspondants du Comité des familles | Soirées séromantique

L’amour dans la P(e)au : Rendez-vous avec Alexandra pour la Saint Valentin Séromantique paloise

28 janvier 2010 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Parce que le VIH ne tue pas l’amour, le Comité des familles organise dans quatre villes de France la « Saint Valentin Séromantique » pour les séropositifs et ceux qui les aiment. En savoir plus...

Début du son

Reda : Est-ce que tu peux nous dire ce qu’est pour toi l’amour ?

Alexandra : L’amour, c’est être à deux. Pouvoir combattre tous les problèmes de la vie à deux. Par rapport aussi au VIH, c’est se soutenir mutuellement et aussi, surtout, pouvoir fonder une famille, avoir des enfants et vivre heureux même avec le VIH.

Sandra : Le 14 février, tu vas organiser la Fête des amoureux pour les séropositifs et ceux qui les aiment. Est-ce que tu peux nous présenter cette fête pour ceux qui nous écoutent pour leur donner envie de venir ?

Alexandra : Ce n’est pas parce qu’on est séropositif qu’on n’a pas le droit à l’amour. Donc la Saint-Valentin « séromantique », ce sera un bon moment pour se rencontrer et pourquoi pas trouver son âme sœur lors de cette journée.

Sandra : Et ça se passe où cette fête ?

Alexandra : ça se passera dans une salle dans l’agglomération paloise. Et dans un souci de confidentialité, le lieu de l’évènement ne sera communiqué qu’au moment de la réservation quand la personne appellera pour s’inscrire. On lui donnera l’adresse, les coordonnées. Et s’il le faut, on lui enverra un plan par mail de l’endroit où ça se passe.

Sandra : Comment on fait pour réserver ?

Alexandra : Pour réserver ou même pour des renseignements, on peut envoyer un mail à alexandra@papamamanbebe.net ou bien, on peut m’appeler au 06.29.12.29.30.

Sandra : Elle s’adresse à qui cette fête ?

Alexandra : Alors elle s’adresse aux séropositifs et à ceux qui les aiment, aux célibataires, aux couples et à toutes les personnes qui soutiennent la cause du VIH.

Reda : Et est-ce que tu es amoureuse ?

Alexandra : Ah oui, je suis très, très amoureuse.

Reda : Alors racontes-nous la dernière que tu as dit « je t’aime ».

Alexandra : La dernière fois que j’ai dit « je t’aime », c’était hier soir à mon mari et voilà. On se le dit plusieurs fois dans la journée, même, pour entretenir cet amour.

Reda : Et la première fois que tu as lui dit « je t’aime » ?

Alexandra : Bah la première fois… le jour de notre première rencontre.

Reda : C’est-à-dire, tu le rencontres, tu dis « Bonjour, moi c’est Alex… Je t’aime ! ».

Alexandra : Non, pas comme ça, ça ne s’est pas trop passé comme ça (rires). Mais au fil de la soirée, il y a pleins de choses qui se sont passées dont ce coup de foudre qui a été assez particulier aussi, au moment de l’annonce de ma sérologie, de ma maladie, ça a confirmé aussi les sentiments que l’on avait mutuellement.

Reda : Ta meilleure Saint-Valentin, c’était quand ?

Alexandra : Ma meilleure Saint-Valentin, c’était quand ? Moi, je fais la Saint-Valentin assez souvent avec mon mari puisqu’on n’attend pas la Saint-Valentin pour se faire des petits repas en amoureux. Mais la dernière Saint-Valentin… l’année dernière, mon mari avait fait un repas à la maison puisque j’attendais la petite Léa, donc c’est lui qui a fait un repas à la maison avec des chandelles, la musique et tout ce qui va avec.

Reda : Qu’est-ce qui est le plus difficile : l’amour sans le sexe ou le sexe sans l’amour ?

Alexandra : Oh là… l’amour sans le sexe ou le sexe sans l’amour ? Normalement, l’un ne va pas sans l’autre. S’il y a de l’amour, il y a du sexe et s’il y a du sexe, il y a de l’amour.

Reda : Tu es sûre ?

Alexandra : Moi, c’est comme ça que je le vois.

Reda : D’accord et bien, c’est merveilleux.

Fin du son

Wilfried Corvo