Skip to main content.

5ème Rencontre des parents et futurs parents concernés par le VIH | Bernard Hirschel | Contamination et prévention | Dépistage du VIH | Laurent Gourarier | Willy Rozenbaum

Micro-trottoirs : Dans les rues de Paris, Marjorie et Camille annoncent qu’un traitement efficace contre le virus du sida en réduit la transmission

20 mai 2009 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Et si on demandait aux gens dans la rue ce qu’ils pensent de l’avis suisse ? Entre étonnement, peur et satisfaction, les réactions sont aussi vives qu’inattendues. Camille et Marjorie sont descendues dans la rue.

Nicole : En gros, je ne suis pas contre ces recommandations, mais je suis contre le fait de les divulguer au grand public, voilà c’est tout, ça me fait peur.

Reda : La-dessus c’est la parfaite transition vers le deuxième micro-trottoir réalisé par Marjorie et Camille. Elles sont allées dans la rue, elles ont dit aux gens : voilà ce que c’est l’avis suisse, qu’est-ce que vous en pensez ?

Microtrottoir avis suisse :

papamamanbebe.net : Récemment un avis vient de paraître, comme quoi, un couple où l’une des personnes est séropositive, qui cherche à avoir des enfants, peut maintenant le faire de façon naturelle, sans risque de contaminer ni l’enfant, ni le partenaire séronégatif : qu’est-ce que vous en pensez ?

- Si il y a pas de risques, pourquoi pas, tout le monde à le droit d’avoir des enfants. Si je suis dans cette situation et qu’il n’y a aucun risque qu’ils soient atteints et que j’ai envie d’avoir des enfants, j’en ferais.

- Je dois bien dire que je n’étais pas au courant de cet avis, j’avais déjà entendu des essais qui avaient fait pour que dans un couple séropositif, il y ait possibilité d’avoir des enfants sans contamination avec des méthodes in vitro, je ne peux pas trop en dire plus, c’est pas vraiment mon domaine. Après si vous me demandez un avis plus éthique, moi je trouve ça très bien.

- Ce que je pense c’est que c’est une bonne nouvelle tout simplement, et ça me surprend. Mais si ça peut aider dans les situations c’est très bien, très beau.

- Je suis vraiment étonné parce que je ne pense pas que ce soit possible, premièrement. Et puis quelqu’un qui a le sida il ne va pas faire un enfant.

- C’est un chouette espoir, après si les deux sont malades, ça fait peur pour l’avenir de l’enfant. Maintenant je trouve que c’est chouette parce que ça redonne de l’espoir aux gens malades, ils peuvent presque avoir une vie normale entre guillemets. Je pense que c’est une décision super difficile à prendre, après, si l’un des deux est en bonne santé, je pense que je prendrais le risque parce qu’il y aurait toujours quelqu’un pour s’occupe de mon bébé.

- Ce que je pense c’est que c’est génial et que ça donne une note d’espoir sur cette maladie, et moi sincèrement je pensais pas que c’était possible.

Reda : Laurent Gourarier réagit à ces micro-trottoirs autour de l’avis suisse. C’est possible pour les séropositifs de faire un enfant. Le traitement, en plus de sauver des vies, permet d’éviter la transmission.

Laurent Gourarier : Écoutez moi je suis touchée par l’enthousiasme des gens que j’entends au micro-trottoir, c’est génial. Je fais remarquer aux gens qui ont peur que la plupart des gens ne sont pas au courant de l’avis suisse qui a plus d’un an et demi, c’est long. Alors maintenant, à propos du risque zéro, à propos de il faut que les médecins, « il faut faire des charges virales partout ». Il y a un problème. Un type qui a une charge virale négative un jour, peut, parce qu’il à un rhume, avoir une charge positive le lendemain. Les examens coûtent chers. C’est pas exactement comme ça qu’on fait.

Rozenbaum a dit, le risque zéro avec le préservatif n’est pas une réalité. Il y a un moment, il faut faire avec ses forces à soi, on est chacun seul dans ces choix. La question est de savoir à quelles conditions, on fait ce qu’on veut avec ce qu’on a. C’est comme ça la vie, un jour ou l’autre on prend des décisions, un jour bonne, l’autre jour moins bonne.

Reda : Nicole, qu’est-ce que vous en pensez, des réactions des gens aux micro-trottoirs sur l’Avis suisse ?

Nicole : Je trouve ça extraordinaire ces réactions. On va finir par croire que je suis têtue, mais je suis contente si les séropos peuvent avoir des enfants et être heureux mais bon, je vais pas redire ce que j’ai dit avant. Ce qui est bien c’est que ça fait réfléchir sur la prévention. Si les gens peuvent ne plus se contaminer c’est génial, je ne suis pas réfractaire, simplement j’ai des peurs, parce que j’ai un vécu derrière, et c’est la raison pour laquelle j’ai envie de donner mon opinion, pour voir si on peut pas avancer avec ces recommandations et en même temps lutter pour que la prévention soit mieux entendue et mieux faite dès maintenant.

Reda : Eh bien ce sera le mot de la fin pour le débat aujourd’hui. Mais le débat, il va avoir lieu le 23 mai 2009. A partir de 9h, un petit déjeuner sera proposé dès 8h30 pour prendre des forces. Il y aura le professeur Bernard Hirshel, il y aura une dizaine de médecins spécialistes qui répondront aux questions qui nous intéressent : procréation, grossesse, pédiatrie, pour en parler, avec aussi beaucoup de parents qui sont passés par là, qui ont fait leur propre choix en matière de procréation et de prévention. On espère que vous arriverez, vous aussi, à trouver le courage de vous inscrire. Discrétion et confidentialité sont évidemment garanties. N’ayez pas peur de venir.

Toutes les informations se trouvent sur le site : www.papamamanbebe.net.