Skip to main content.

Benlama Bouchaïb | Effets indésirables | Réseau national des correspondants du Comité des familles | Risque cardio-vasculaire

Ben de Valenciennes s’interroge : L’hôpital fait-il des économies sur le dos des séropositifs ?

9 avril 2009 (papamamanbebe.net)

2 Messages de forum | Recommander cet article | Votez pour cet article

Ben, le correspondant du Comité à Valenciennes a organisé sa première sortie.

Les ch’tis séropos font leur cinéma ! Ben et Jamel en direct de Valenciennes

Pour Tina, « chapeau Ben ! C’est difficile d’organiser un truc avec 10 personnes. C’est vraiment nécessaire d’intervenir dans toute la France ».

Jamel a participé à cette première sortie. Ben l’a interrogé sur son suivi hospitalier. Il souffre d’un problème au cœur et aux poumons, une hypertension artérielle pulmonaire. Ses complications, liées aux effets secondaires des traitements qu’il prend pour combattre le virus VIH, auraient dues êtres diagnostiquées plus tôt.

Mais Jamel, comme Ben et l’équipe radio, déplorent le manque d’information et de réactivité des médecins.

Pour Hadja, c’est choquant. « Je pensais que c’était seulement en Afrique qu’on pouvait trouver ce genre de situation, mais en France, on vit les mêmes choses. La seule différence est la prise en charge totale ».

Pour Nabila, c’est important de féliciter l’initiative de Ben. « On veut avoir accès à la culture, mais les moyens ne sont pas là. Bravo pour l’initiative, espérons qu’elle continue ! (...) On a affaire à une médecine à deux vitesses, celle du pauvre et celle du riche. Si Jamel a été suivi, entre guillemets, il ne l’a pas été comme un homme qui serait venu avec une mutuelle ».

Ousmane à son tour salue l’initiative. « Ben est combattant et militant. J‘ai envie de lui dire bravo et de lui demander : quels sont tes projets sur Valenciennes ? ».

Ben : « continuer à développer l’action du Comité, continuer à participer au collectif de soutien aux sans-papiers parce que c’est difficile pour eux d’accéder aux soins, l’Etat ne les aide pas ».

À force d’écouter l’émission, Ben a été interpellé sur les effets secondaires indésirables des thérapies. Lorsqu’il a discuté avec Jamel de ses problèmes aux cœurs et aux poumons découlant des médicaments, il a décidé d’en parler avec son médecin traitant « est-ce que ça vaut le coup de continuer ce que je prends ? ». Lorsqu’il lui a fait part de ses doutes, celui-ci a proposé de lui prescrire un traitement d’entretien pour éviter ce genre d’effet secondaire à long terme. « Mais il n’y avait aucune culpabilité du médecin »...

« Je pense que l’hôpital fait des économies sur les examens préventifs par rapport au VIH et aux effets secondaires du traitement. Je conseille vivement aux personnes traitées de voir s’il n’y a pas moyens d’obtenir un traitement moins agressif. Il ne faut pas se laisser faire, on y risque gros ».

Pour rejoindre ou soutenir les correspondants du Comité des familles, contactez Larissa, chargée du suivi du Réseau des correspondants, au 01 40 40 90 25 ou en lui envoyant un mail.

Forum de discussion: 2 Messages de forum