Skip to main content.

Benlama Bouchaïb | Hommes séropositifs | Réseau national des correspondants du Comité des familles

Génération sacrifiée et toujours debout ! Ben, le ch’ti séropo, correspondant du Comité des familles à Valenciennes

12 mars 2009 (papamamanbebe.net)

2 Messages de forum | Recommander cet article | Votez pour cet article

Ben de valenciennes dans le Nord-Pas de Calais est correspondant de sa région. Son combat se porte essentiellement sur le tabou autour du désir d’enfants des séropositifs. Lui même père et grand-père, il souhaiterai trouver dans sa région d’autres séropositifs qui sont près à assumer leur maladie pour se battre à ses cotés, pour faire entendre leurs voix.

En septembre dernier, Ben avait déjà témoigné sur survivreausida. Co-infecté dans les années 80, Ben fait partie de cette génération sacrifiée « très très longtemps oubliée ». Si des associations militent pour certaines catégories de malades et uniquement dans les grandes métropoles, il sent bien que le besoin se fait sentir dans sa région, raison pour laquelle il s’est engagé à devenir correspondant.

À juste titre, il dénonce aussi la « classification » des personnes infectées suivant leurs milieux, leur origine, leur classe sociale. « C’est quand même malheureux quand c’est Bruno et Paul qui rentrent dans le bureau du médecin, ils restent trois quarts d’heures. Et nous Jamel ou Ben, co-infectés, on reste dix minutes ».

Reda rappelle que le réseau du comité regroupe « des personnes multicommunautaire, quel que soit le parcours, le mode d’infection, toutes et tous sont les bienvenue autour de ces préoccupations familiales, de la procréation, de la vie sexuelle et amoureuse, autour de l’égalité et de la justice pour les personnes malades ».

Ben revient aussi sur les années 80-90 et sur les premières mesures, infructueuses, de réductions des risques dans sa région, le valenciennois.

Pour rejoindre ou soutenir les correspondants du Comité des familles, contactez Larissa, chargée du suivi du Réseau des correspondants, au 01 40 40 90 25 ou en lui envoyant un mail.

"Si on se mobilise, on peux faire énormément de choses comme le fait le Comité des familles ici, sur Paris"

Forum de discussion: 2 Messages de forum