Skip to main content.

Éric Chapeau-Åslund | Madeleine Amarouche | Projet Madeleine Amarouche

Rencontre avec le docteur Éric Chapeau-Åslund, engagé dans la communication sida dès 1982

23 avril 2008 (papamamanbebe.net)

3 photos | | Votez pour cet article

Sylvie présente le projet Madeleine Amarouche, qui a pour objectif de soutenir les personnes séropositives qui souhaitent témoigner auprès des jeunes. Elle doit se rendre le 9 mai 2008 dans un lycée pour témoigner de son vécu de la maladie.

Sylvie, maman de quatre enfants, parle de tout avec ses enfants, y compris de sexe avec son adolescent de 15 ans, « dans le respect ».

Eric Chapeau-Åslund est notre invité, il réagit à l’annonce du projet et de la volonté de Madeleine Amarouche de le mettre en place, jusqu’à son décès le 28 novembre 2007 :

« Je trouve cela très émouvant comme projet, de porter le nom d’une personne amie pour vous qui s’est battue contre cette maladie pendant près de 20 ans, et qui avait fait de sa vie un témoignage vivant.

J’ai arrêté de m’occuper du sida vers les années 2001, mais j’avais commencé en 1982. Je m’en suis presque occupé vingt ans.

J’ai très rapidement connu des personnes atteintes, des personnes de toutes sortes vivant avec le virus, qui m’accompagnaient dans mes conférences...

Cette participation des personnes atteintes avait un double effet. À l’époque, plus encore qu’aujourd’hui, le sida n’avait pas de visage, pas de nom, et là ils avaient quelqu’un en face d’eux qui parlait de la maladie. Ce n’était plus un truc abstrait, c’était plus un vieux professeur qui mettait des statistiques sur un tableau noir, c’était devant eux.

Le second intérêt, c’est que cela donnait un sens, et cela donnait une force à certaines personnes atteintes qui étaient un peu désespérées, qui étaient dans la souffrance ou dans la solitude ou même dans le besoin d’en parler, et pour qui les aides psychologiques ou la psychanalyse ne suffisaient pas toujours.

Parler avec un public, j’allais dire, c’est rentrer dans l’arène des fauves, c’est vraiment un contact, et c’est vraiment ça, la vie.

J’ai trouvé énormément de gens que ça a vraiment renforcé. Certaines sont décédées, mais il y en a qui sont encore là, vivantes aujourd’hui, qui ne témoignent plus parce qu’il y a différentes époques dans le vie, mais qui ont témoigné pendant plusieurs années.

On en reparle, comme je l’ai fait avec Barbara Samson il n’y a pas très longtemps, qui en garde un bon souvenir.

Eric a vécu en couple pendant dix ans avec une femme séropositive, avant l’arrivée des trithérapies. C’est donc l’occasion de discuter de l’histoire des couples sérodifférents, et de ressortir la vieille question : est-il possible de faire sa vie avec un séronégatif quand on vit avec le virus ?

Pour comprendre à quoi ressemblait l’engagement d’Eric Chapeau dans la lutte contre le sida, on écoute deux reportages, le premier de FR3 et le deuxième sur TF1...

Témoignages le 9 mai 2008 à Aulnay-sous-Bois

Vivre avec le VIH en 2008 : le Comité des familles témoigne le 9 mai 2008 dans un lycée de banlieue parisienne

Pour la première fois, des personnes séropositives du Comité des familles iront le 9 mai 2008 témoigner de leur vécu du VIH auprès des jeunes d’un lycée de la banlieue parisienne.

Cette action lance le « Projet Madeleine Amarouche » qui porte le nom d’une grande dame, militante et maman du Comité des familles, qui a consacré sa vie aux témoignages pour les jeunes, jusqu’à son décès le 28 novembre 2007.

- Projet Madeleine Amarouche : témoigner de sa vie avec le VIH auprès des jeunes
- Madeleine Amarouche, maman séropo qui témoigne devant les jeunes, face à Xavier Bertrand, Ministre de la Santé
- Prévention en milieu scolaire : lettre ouverte des parents concernés par le VIH au Ministre de la Santé

Pour participer au Projet Madeleine Amarouche, ou pour inviter le Comité des familles dans votre établissement, contactez Reda.

Photos


Eric et Reda après l'émission

Eric et Reda après l’émission

Eric Chapeau face à la caméra

Eric Chapeau face à la caméra

Sylvie kiffe le docteur Chapeau

Sylvie kiffe le docteur Chapeau