Skip to main content.

Hommes séropositifs | Kheira | Méga couscous des familles vivant avec le VIH

Kheira, grand-mère : « J’étais anéantie, mais je n’ai pas rejeté mon fils quand j’ai appris qu’il est séropositif »

21 novembre 2007 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Kheira a 65 ans, elle sera parmi nos invités au Méga Couscous des familles le 8 décembre 2007. Elle a quatre garçons et des petits enfants. Extrait de son témoignage au micro de Maghreb Afrique Survivre au sida.

« Quand j’ai appris que mon fils avait le VIH, c’était le ’trou noir’ » se souvient Kheira, grand-mère algérienne installée en banlieue parisienne.

La maladie est proche de moi, je la cotoie régulièrement, puisque j’ai mon fils qui est atteint du VIH.

Je l’ai su il y a une dizaine d’années, alors qu’il me l’avait caché.

On dit toujours : Ça n’arrive que chez les autres.

Je n’ai pas rejeté mon fils. J’ai été anéantie.

S’il me l’avait caché, ce n’était pas la peur du rejet. Il savait qu’on est assez large d’esprit, aussi bien le papa que ses frères... Il m’a dit qu’il ne voulait pas me faire de peine.

On a été anéantis, d’autant plus qu’on avait déjà subi un décès auparavent. La famille commençait vraiment à être décimée. Le but, ce n’est pas pour les parents de voir les enfants partir, c’est le contraire.

Dix ans après, je tiens à rendre un grand hommage à mon fils, parce que je trouve qu’il est d’un courage exemplaire.

Il travaille, même s’il cache sa maladie bien sûr. Mais actuellement il est très malade. Il se bat.

Aujourd’hui, je suis effrayée, j’ai très peur dès qu’il téléphone pas. Il a eu quand même pas mal de déboires. Mais il est courageux. »

Ahcène présente les artistes qui ont répondu à l’appel du Comité des familles. Isia, Momo Roots et Jamal réagissent aux propos de Kheira.