Skip to main content.

Enfants concernés par le VIH | Femmes séropositives

Pascale Vidal, psychologue et psychanalyste : « J’aimerais voir des femmes enceintes séropositives dans les campagnes publicitaires »

31 octobre 2007 (papamamanbebe.net)

4 Messages de forum | | Votez pour cet article

Pascale Vidal, psychologue et psychanalyste, réagit à la présentation d’Aline à l’émission, « infectée par le virus depuis 14 ans » et « maman concernée par la maladie » de son enfant.

Aline, maman séropo d’un enfant touché, réagit au décès d’un bébé prématuré suite à une surdose de Kaletra®

Bonjour,

je suis psychologue en Pédiatrie à Montpellier avec la particularité de travailler en consultation conjointe avec le Pédiatre. Ce qui veut dire que les parents et les enfants rencontrent la pédiatre et moi-même dans le même temps.

Je reçois vos informations depuis un moment déjà et je loue les efforts que vous faites pour dire et redire que depuis maintenant plus de 10 ans l’infection à VIH est une maladie chronique comme les autres. Je voudrais amener ma pierre à cet édifice.

J’ai suivi plus de 150 enfants nés de mères séropositives depuis 6 ans. Un seul est né séropositif parce que la mère a été contaminée pdt le premier trimestre de sa grossesse. Tous les autres vont parfaitement bien, et il n’est pas rare qu’un deuxième enfant naisse puis un troisième dans ces familles.

Qu’il y ait pu avoir une erreur de prescription dans le cas que vous citez ayant entrainé la mort de l’enfant est plus que regrettable. Mais l’erreur est humaine y compris chez les médecins à moins qu’on les prenne pour des dieux. Et je ne pense pas que ce soit un défaut de formation, en général les médecins sont particulièrement attentifs aux mères séropositives. Et il est à souhaiter que le VIH ne soit plus une "spécialité", c’est une maladie chronique comme les autres, qui demande une médication particulière comme les autres, et un suivi particulier comme les autres maladies chroniques, ni plus ni moins.

Je crois qu’on est à un moment où il faut traquer toute stigmatisation de cette maladie.

J’aimerais voir des femmes enceintes séropositives dans les campagnes publicitaires.

J’aimerais ne plus entendre "Bonjour, je suis infectée par le virus du Sida depuis 10 ans" mais "Bonjour, moi c’est Françoise, je suis mariée, j’ai un gamin, je travaille comme secrétaire, j’habite la banlieue. (et éventuellement après) Je suis séropositive pour le VIH depuis 10 ans et mon fils n’est pas malade". Etre séropositive ne se marque pas sur la carte d’identité pas plus que le diabète ou la cécité.

Je pense qu’il faut reprendre toute parole stigmatisante dans la bouche de la population générale, des patients MAIS AUSSI des soignants jusqu’à ce que soit acquise la normalité de cette maladie.

Tous les enfants qui ont actuellement plus de 10 ans sont nés "morts".

Ce changement de "il va mourir" à "il va vivre" n’est pas aussi évident qu’on pourrait le penser pour les parents comme pour les soignants. La mort a impregné le soin pdt des années et il en reste des traces...

Un mot sur le fait que la consultation conjointe pédiatre-psychologue à Montpellier permet en cas de découverte de séropositivité pdt la grossesse - qui se fait ds la même proportion que celle que vous citez 30% - de plus facilement exprimer ce double élan de peur et de joie, de mort et de vie, d’horreur et de bonheur qui cohabitent à ce moment.

Bien avec vous

Pascale Vidal, Psychologue et psychanalyste

Forum de discussion: 4 Messages de forum