Skip to main content.

Contamination et prévention | Contraception et prévention | Sexe et sexualité

Inefficacité des programmes d’abstinence sexuelle comme moyen de prévention de la transmission du VIH

11 septembre 2007 (egora.fr)

1 Message | | Votez pour cet article

Voir en ligne : Inefficacité des programmes d’abstinence sexuelle comme moyen de prévention de la transmission du VIH

Les interventions de type comportemental font partie de l’arsenal des mesures de prévention de la transmission du VIH.

L’abstinence sexuelle est un des outils utilisés dans ces interventions qui sont dirigées principalement vers les adolescents.

Ces programmes encouragent l’abstinence primaire (repousser l’âge des premiers rapports sexuels), mais aussi secondaire (pas de relations sexuelles en dehors du mariage, voire pas de relations du tout).

Une seule étude a évalué l’intérêt de ce type d’intervention en Afrique et a conclu à son inefficacité sur la sexualité des populations concernées.

En revanche, aucune étude systématique des programmes prônant l’abstinence sexuelle dans les pays développés n’avait été menée à ce jour.

Les auteurs ont donc recherché dans la littérature scientifique tous les essais randomisés ou quasi-randomisés explorant l’impact de l’abstinence sexuelle comme stratégie de prévention de la transmission du VIH dans les pays développés.

Bien que la recherche ait concerné tous les pays industrialisés, seuls 13 essais menés aux Etats-Unis répondaient aux critères d’inclusion de cette revue.

Ces essais ont concerné 15 940 adolescents et tous les critères de jugements comportementaux étaient rapportés par les jeunes eux-mêmes (incidence des rapports oraux, vaginaux et anaux non protégés, nombre de préservatifs utilisés, nombre de partenaires, nombre d’initiation sexuelle).

Seuls les critères de jugement biologiques (incidence du VIH, des IST et des grossesses) étaient mesurés objectivement.

Aucun de ces essais n’a montré une baisse de l’incidence des comportements à risque dans le groupe « intervention » par rapport au groupe témoin.

De même, les incidences des grossesses, infections VIH et IST étaient identiques qu’il y ait eu intervention ou pas.

Ces résultats montrent que les stratégies de prévention de la transmission du VIH ne peuvent pas s’appuyer uniquement sur l’enseignement de l’abstinence.

Dr Karine Lacombe

Underhill K, Montgomery P, Operario D. BMJ. 2007 Aug 4 ; 335 (7613) : 248.

Forum de discussion: 1 Message