Skip to main content.

Aline | Femmes séropositives | Madeleine Amarouche | Méga couscous des familles vivant avec le VIH | Tribune libre

Dialogue entre Aline et Madeleine, deux mamans qui refusent de vivre cachées

7 janvier 2007 (papamamanbebe.net)

4 Messages de forum | | Votez pour cet article

Ils ne sont pas nombreux, les séropositifs qui ont fait le choix de sortir de l’ombre et du secret !

Madeleine et Aline ont fait ce choix d’assumer au grand jour leur séropositivité.

Elles étaient parmi les invités d’honneur du Méga Couscous des familles vivant avec le VIH organisé le 9 décembre 2006 à La Courneuve par le Comité des familles.

Ce sont elles qui ont pris la parole en premier lors du couscous, et leurs mots ont motivé d’autres personnes concernées à monter sur l’estrade pour s’exprimer, certaines d’entre elles pour la première fois.

Échange au lendemain du couscous, à l’occasion d’une balade avec Nassim en poussette, juste avant que chacune reparte vers sa ville.

Vidéo : Dialogue entre Aline et Madeleine, deux mamans qui refusent de vivre cachées

Madeleine : Eh bien salut, moi c’est Madeleine ; j’ai 43 ans, j’habite en Haute Savoie … je suis célibataire, avec un fils qui a eu 20 ans. Pour ma part, eh bien, ça fera malheureusement bientôt 19 ans que je suis contaminée par le virus du sida. Je fais partie du comité des familles depuis à peine 2 mois. Eh ben, autrement chez moi, je suis très active au niveau de la prévention et puis de la lutte, surtout contre la discrimination et le rejet des malades. Et donc c’est déjà grâce à la Suisse, que je fais des témoignages dans les écoles : ça fait depuis 7 ans que j’interviens dans les classes pour les jeunes de 13 à 18 ans. Et j’ai le projet … je ferais en sorte que ça se réalise en France ; qu’on puisse parler aux jeunes ici ! »

Aline : Je suis Aline, j’ai 33 ans, je vis en couple, j’ai 2 enfants de 13 et de 6 ans. Mon fils aîné est aussi contaminé par le VIH. Je connais le comité depuis 2 ans, et je suis maman au foyer.

Reda : Eh bien moi, ce que j’ai trouvé intéressant, c’est le fait que toutes les deux vous avez le parti pris de vous montrer, c’est-à-dire d’arrêter de vous cacher… Ca devrait être banal ! Mais au contraire c’est extraordinaire ce que vous faites ! Parce-qu’il y a vraiment peu de personnes concernées qui se montrent ! Bon, vous vous êtes rencontrées ; est-ce que vous pouvez nous expliquer de quoi vous avez parlé l’une de l’autre ? Est-ce que vous avez entendu parler l’une de l’autre ; est-ce que vous vous êtes regardées ou écoutées sur le site ? Qu’est-ce que ça vous fait de vous croiser comme ça, à l’occasion du couscous ?

Madeleine : Eh ben moi je suis contente d’avoir rencontré Aline. J’en ai entendue parler, c’est clair ! Et j’ai lu aussi un petit peu ses message sur le site. Et ouis voilà, et bien, on a discuté un peu de tout et de rien…des choses de mamans, un petit peu de la maladie aussi et de la fête du méga couscous qu’on a faite hier ! On s’est retrouvée les deux à garder les mômes, on a fait les nounous : c’était sympa ! Et puis voilà, on a bien sympathiser… Et j’espère que ça ne s’arrêtera pas là !

Aline : Et c’est toujours très important de se rencontrer vraiment. Parce-qu’on a ce lien qui est l’informatique mais pour certains c’est difficile à concevoir, donc en fait c’est vraiment des vraies relations qui se créent ; y’a une vraie sincérité, une vraie amitié qui est faite…Je suis venue l’année dernière, j’avais rencontré des personnes, qui ont été aussi contente que moi de se revoir cette anné. Et… bien c’est un lien important pour tout le monde, et il faut que ça continue !

Reda : Qu’est-ce que vous avez pensé des prises de parole qui ont suivies les votres ?

Madeleine : Ben pour ma part j’ai pu dire ce que j’avais à dire, et puis j’étais bien contente. Je me suis sentie bien à l’aise… bizarement !!! (rires). C’était un moment d’émotion… mais j’étais bien contente que d’autres personnes viennent prendre la parole après ! C’est chouette qu’enfin les gens sortent de leur trou et puis osent se montrer et…et parler de leur maladie sans problème.

Aline : Je suis tout-à-fait d’accord aussi, parce-qu’on vit tous dans l’ombre, parler dignement de nos problèmes ; et c’est important qu’à un moment tout le monde puisse prendre la parole et et qu’il y ait de la reconnaissance et l’estime que chacun est formidable !

Reda : Et les prises de parole autres que les votres, lesquelles vous ont touchées ou lesquelles allez-vous garder avec vous ?

Aline : Moi ce que j’en retire de ces prises de paroles c’est qu’il y a eu deux messieurs et qu’il y avait plus de femmes… donc, l’épidémie touche les femmes et on était là pour le dire. On est là aussi pour faire changer les mentalités et pour que chaque personne, nouvellement contaminée, puisse être le mieux acceptéepossible dans son milieu, sans discrimination. J’ai apprécier toutes les prises de paroles. J’ai apprécié celle de la sœur du comité du secours islamique, aussi. Elle a parlé des enfants, des enfants orphelins, qui sont sur les autres continents… et il ne faut pas qu’ils soient les oubliés de cette tragédie.

Madeleine : Ben c’était très émouvant déjà, et puis c’est vrai que ça fait plaisir de voir des hommes aussi prendre la parole ! parce-que c’est vrai que c’est souvent les nanas qui osent parler et qui sont peu être plus courageuses ? Enfin j’en sais rien…Là c’est chouette, on a vu les pères avec leurs enfants, et puis c’est bien, il faut que ça continue comme ça !

Reda : Alors, racontez-nous : comment ca c’est passé avec les enfants ?

Madeleine : Eh bien… ouh la la ! C’était du sport, hein ! On a fait du jogging tout l’après-midi, non ? Non, c’était chouette ! On a pu faire des jeux à l’extérieur, et puis après on a dansé ensemble, enfin bon, c’était très dynamique quand même !!!

Aline : Et c’était presque trop court aussi, parce-qu’il faut du temps pour apprendre à se connaître… Moi j’avais donc rencontré deux petites filles l’année dernière qui elles aussi m’ont reconnue, et elles ont été contentes de me voir… Alors, ben on n’a pas eu le temps de faire vraiment connaissance. C’est vrai qu’il faudrait plus de temps pour être plus souvent ensemble ; et puis plus présents… Mais bon voilà, on a la distance, mais on est quand même dans nos cœurs tous ensemble.

Madeleine : Ca c’est vraiment chouette ; justement les enfants ils s’attachent vite, alors moi j’ai eu du mal à m’en séparer après ! Ca m’a fait bizarre, quand ils sont tous venus spontanément m’embrasser et puis c’était chou, quoi !

Reda : Et un moment, on était sur l’estrade, et y’a tous les enfants qui sont venus parler…

Madeleine : Et ben oui et on leur a donnés la parole ! parce-que les enfants, eh bien, ils sont comme ça : vivants, spontanés… Et puis, ils nous voyaient prendre la parole, alors il n’y a pas de raison qu’ils prennent pas la parole aussi ! Voilà !

Aline : C’était un moment inoubliable, toujours trop court, et heu… On attend qu’il y ait d’autres mouvements comme ça ; et sinon on a toujours des liens ; des liens mêmes distants, mais on est toujours ensemble… On est toujours ensemble en étant loin quand même !

Madeleine : Ben moi je sais que maintenant j’ai élargi mon cercle d’amis, et des potes entre séropositifs, mais c’est chouette, moi je suis contente parce-qu’on peut partager nos petits bobos, nos petits malheurs de la vie… comme nos joies aussi, hein quand même ! Y’a quand même aussi des moments sympas ! Et puis ça de rencontrer une maman comme Aline, et ben je trouve chouette… qu’elle puisse me raconter un peu son parcours avec ses enfants, et puis… je sais qu’on se reverra ! Ca c’est sûr !

Reda : Mais quelle est la réalité qui vous attend… en rentrant de votre petite escapade ?

Madeleine : Ben pour ma part j’ai trouvé un petit job…et autrement ben j’ai des témoignages, dans les écoles, qui sont prévus… et notamment dans l’école de mon fils la semaine prochaine. C’est mon fils et ces potes qui ont organisé une scéance dans leur lycée. En fait les profs les ont laissés faire sur le thème de leur choix… et puis évidemment ils ont choisi le sida ! Surtout pour parler de la discrimination justement. Ils ont choisi le sujet de la discrimination en étant séropositif. Donc je pense que ça va être très, très important !

Aline : Eh bien moi pour ma part, ce qui m’attend, c’est plutôt des difficultés… des difficultés pour retrouver un logement, difficultés pour trouver de nouveau du travail… Mais bon, on va être patient, et on va continuer à rechercher ce qu’on veut… Pour moi c’était un nouveau départ d’aider, et c’est une nouvelle construction.

Madeleine : Ben moi ça m’a fait du bien… Ca je le sais, je vais le prendre en bénéfique, c’est clair !!! Maintenant, eh bien… après on est obligé de se remettre dans le bain !

Aline : Oui, ben la réalité… elle est pour tout le monde pareil…Toujours difficile… mais ça c’est quelque-chose, on a tous l’habitude ! Donc… ben on prend les bons moments qu’on vient de vivre ce week-end. On les garde avec nous en bons souvenirs ; et puis ben dans la vie de tous les jours, malgrè les difficultés, ben moi je donne beaucoup plus d’importance aux bons moments que je passe… Alors on continue avec le sourire.

Remerciements à Julia Dupuy pour la transcription.

Forum de discussion: 4 Messages de forum