Skip to main content.

Femmes séropositives | Madeleine Amarouche | Projet Madeleine Amarouche

Ma vie avec le VIH : Madeleine se bat chaque jour pour ne pas vivre cachée

1er septembre 2004 (REMAIDES)

10 Messages de forum | | Votez pour cet article

Voilà seize ans que je sais que je suis séropositive et sous traitement depuis plus de dix ans. Je fatigue de plus en plus vite, je prends vite froid, même en été. Je ne peux pas prévoir de faire des activités sans me dire : « Vais-je être assez en forme ? » Le nombre de soirées et de concerts que j’ai dû annuler...

J’ai passé plusieurs années au chômage. Je viens de terminer une formation d’animatrice pour enfants, formation qui me tenait à coeur car je me l’étais interdite en pensant qu’étant malade du sida, j’aurais l’impossibilité d’avoir la permission de garder des enfants et que je serais discriminée. Eurêka ! J’ai obtenu mon brevet à 41 ans, s’il vous plait !!!

Le droit de vivre

Je veux me battre, j’aimerais arriver à faire en sorte que l’on ne nous rejette plus à cause du VIH. Je ne croyais pas arriver jusque là, être encore en vie. Nous avons tous le droit de vivre, de pratiquer un métier qui nous plaise. Je veux être considérée comme n’importe quelle autre personne et ne plus devoir cacher ma maladie. Pour moi, ça ne me gêne pas d’en parler, au contraire, si je peux contribuer à améliorer la prévention. Dans ce domaine, malgré tout ce qui a été fait, il reste encore beaucoup de barrières à franchir. Je veux me sentir LIBRE, AIMEE, car l’amour a aussi de l’importance pour nous. Il est très dur de vivre sans compagne ou compagnon et cette maladie freine bien des élans.

Je souhaite aussi faire passer un message à ma famille et à toutes les familles des malades : allez vous informer sur tous les aspects de la maladie, qu’ils soient physiques ou psychiques. Ce que je ressens par rapport à ma famille, c’est comme une sorte de fuite ar ils ne veulent pas voir la réalité.

J’aurais voulu plus de soutien, qu’ils participent à des groupes de proches et qu’ils essayent de comprendre ce que je vis au quotidien. Je sais que j’ai énormément de chance, malgré tout ce que j’ai vécu, d’avoir pu être prise en charge médicalement. Maleheureusement, ce n’est pas donné à tout le monde. Je pense au peuple africain et à tous ceux qui n’ont pas la possibilité d’être soignés. C’est plus qu’une injustice, cela ne devrait plus arriver de nos jours.

Merci Domino !

J’habite près de Genève, où il y a plusieurs assocaitions. J’ai pu bénéficier de plusieurs personnes bénévoles qui acccompagnent les malades du sida. J’en ai eu plusieurs, mais une m’a redonné goût à la vie, ma Domino, arrivée quand j’étais au plus mal moralement. J’attendais la fin, je pensais que j’allais mourir très vite, je n’avais plus d’espoir, malgré le fait que j’avais mon fils à élever. J’étais dans un trou noir, ma famille m’a jugée, cassée, durant cette période. Au lieu de me soutenir...

Je souhaite que les malades isolés rencontrent des gens comme Domino, qui puissent leur redonner espoir et les aider à lutter envers et contre tout. Je souhaite aussi surtout que l’on n’ait plus besoin de se cacher. Je trouve lamentable le comportement de certaines personnes.

Maintenant je suis prête à lutter encore et encore contre la maladie et contre tous ceux qui ne veulent pas entendre. Je suis de tout coeur avec vous, les personnes séropositives ! Moi j’ai décidé d’être heureuse, parce que c’est bon pour la santé. Ces dernières années m’ont amenées à penser que l’avenir est plein d’espoir. La vie m’a offert en cadeau le fait de partager, au quotidien, la vie de mon fils, âgé aujourd’hui de 18 ans.

Madeleine

Forum de discussion: 10 Messages de forum