Skip to main content.

Aimée Bantsimba-Keïta | Faire un bébé quand on est séropositif | Hommes séropositifs | Laurent Mandelbrot

Faire un enfant quand l’homme et la femme sont séropositifs

30 mai 2003 (papamamanbebe.net)

1 pièce jointe | 5 Messages de forum | | Votez pour cet article

La circulaire du 10 mai 2001 autorise l’accès des couples à la procréation médicalement assistée (la PMA). Mais elle concerne uniquement les couples sérodifférents, où un des partenaires (l’homme ou la femme) est séronégatif.

Sophie a 34 ans. Elle a une fille de 17 ans, et c’est trois ans après la naissance de sa fille qu’elle et son mari on appris leur séropositivité. Cela fait moins de huit ans depuis qu’ils sont suivis. Sophie et son mari ne prennent plus de tri thérapie, et leur médecin est satisfait de leurs bilans biologiques. Pendant longtemps, Sophie était convaincue qu’il n’y avait pas d’espoir pour son couple d’avoir un autre enfant.

Sophie expose ici sa situation et les questions qui se posent pour son couple face à sa volonté d’avoir un deuxième enfant.

Sophie et son mari sont tous les deux séropositifs. Réactions et commentaires de nos invités : Laurent Mandelbrot, Aimée Bantsimba Keïta, Karima et Nabila.

Questions pour Laurent Mandelbrot :

- Sophie n’avait jamais entendu parler d’autres couples où l’homme et la femme sont séropositifs. La circulaire du 10 mai 2001 qui autorise l’accès des couples à la procréation médicalement assistée (la PMA) concerne les couples sérodifférents. Quelles sont les possibilités ouvertes à Sophie et son mari ?

- Quelle est la réalité du risque de contaminer l’enfant pour un couple séropo qui décide de faire cet enfant « par la voie naturelle », c’est-à-dire sans préservatif ? Le risque est-il le même si les deux partenaires ont une charge virale indétectable et un taux de CD4 au-dessus de 350 ?

- Le virus se transmet de la mère à l’enfant au moment de l’accouchement. Y a-t-il un risque de contamination par le sperme de l’homme séropositif ?

- Après plusieurs années de tri thérapie, Sophie et son mari on arrêté leur tri thérapie. Que pouvez-vous nous dire sur les interruptions thérapeutiques chez les couples qui souhaitent faire un enfant ? Ne vaut-il pas mieux continuer un traitement le plus longtemps possible pour avoir les meilleurs résultats biologiques possibles ?

- Sophie et son mari n’ont jamais mis de préservatif. Comment abordez-vous la question de la prévention au sein du couple ? Est-il difficile d’aborder ce sujet avec franchise, vu que les médecins prônent le port systématique du préservatif, même entre couples où les deux partenaires sont séropositifs ?

- L’infectiologue (le médecin qui prend en charge le VIH) est-il le bon interlocuteur pour préparer son projet de grossesse ? Que faire si son médecin ne semble pas s’intéresser, prendre au sérieux, ou soutenir le projet d’enfant ou (face à une situation de fait) la grossesse ?

Forum de discussion: 5 Messages de forum