Skip to main content.

Ali dit « Samy » | Hommes séropositifs | Le + Quotidien : Saison Une

Ali ne sait plus quoi offrir à ses neveux !

21 mai 2013 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Sandra : Maintenant nous allons prendre des nouvelles de Ali. Nous avons eu le plaisir de l’entendre dans l’épisode 65 du + Quotidien, pour le + des buzz et de l’actualité mais sinon, la dernière fois c’était dans l’épisode 17 du + Quotidien. Nous l’avions laissé sur le quai de la gare à Montparnasse, il devait partir à Bordeaux pour voir sa famille mais aussi pour participer à une réunion du collectif capacitation citoyenne, un collectif qui est aussi appelé collectif des arpenteurs qui a pour but de réunir toutes les associations pour permettre un échange entre les membres des associations. Il nous avait promis un compte-rendu alors avant de connaitre son actualité, il va d’abord nous dire ce qui s’est passé à Bordeaux, c’était au mois de mars.

Ali : Coucou à tous les auditeurs de l’émission, j’ai eu 52 ans il y a quelques semaines.

C’était à Bordeaux. Il se trouve que j’ai une soeur et des neveux qui habitent là-bas. Donc je suis allé avant tout à la réunion capacitation citoyenne pour expliquer le travail, exposer le travail que fait le Comité des familles. Donc devant caméra, micro, devant je ne sais pas quoi. Donc à de nombreuses reprises, je l’avais fait précédemment, mais ça ne me dérange pas de le faire. Comme j’ai pu joindre l’utile à l’agréable, le fait est que, après avoir parlé du travail que fait et l’intérêt du Comité des familles, j’ai réussi à concilier et à faire en sorte que ma nièce qui habite à la région, elle vienne me chercher et ensuite vienne me retrouver en famille. J’ai pu enfin voir le petit-fils de ma soeur que je ne connaissais pas, qui a 15, 16 mois.

Maintenant les enfants sont grands, j’ai l’impression que toutes les générations sont, on ne va pas dire de plus en plus pourries mais de plus en plus gâtées puisqu’on ne sait plus quoi leur offrir. On sait que 3 mois après ils vont changer, on leur achète des paires de chaussures à 80, 100 euros mais 3 mois après ils vont en changer. Il y a 20 ans, 22 ans, pour mon fils je faisais la même chose. Mais là, c’était surtout le plaisir de se voir.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE