Skip to main content.

Fête des Amoureux | Francis | Hommes séropositifs | Le + Quotidien : Saison Une | Sexe et sexualité

Les aventures de Francis dans le + Quotidien, de février à avril 2013

9 avril 2013 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Dans le + Quotidien (C’est quoi ?), les Plussiens [1] racontent les formidables aventures de la vie avec le VIH. Vous avez manqué un ou plusieurs épisodes ? Pour vous, séance de rattrapage à mi-parcours de la première saison : cette semaine, le + Quotidien vous résume le début des aventures de chaque Plussien. Voici celui de Francis.

- Nom : Francis (son pseudonyme).
- Âge : 55.
- Situation familiale : grand-père célibataire.
- Occupation : bosseur, grand voyageur.
- Trajectoire géographique : burkinabé, tendance parisienne.
- Twitter : @MonsieurGustav1 (il ne s’en sert pas encore).

Lors de sa première apparition dans le + Quotidien, Francis nous a parlé de ses débuts amoureux. Normal, c’était la Saint-Valentin. Souvenirs, souvenirs. D’abord, organiser une « surprise party » chez vous ou chez un de vos amis. S’assurer que le DJ de la soirée a dans sa playlist des slows tel que « C’est ma prière » de Mike Brant (le morceau qu’il choisit pour egayer son première épisode). Dès que la session slow de la soirée commence, éteignez toutes les lumières. Inviter une fille à danser et normalement... c’est dans la poche !

Bon, ça, c’était jadis, en 1800... euh pardon Francis, dans les années 1970, les années où tout le monde portaient des pantalons pattes d’éléphant et où Francis avait peut-être une coupe afro. Cette époque Francis s’en souvient très bien tout comme de sa première histoire d’amour. Il avait 13, 14 ans et sa première copine, il n’a pas été la chercher bien loin puisqu’il s’agit de sa cousine. Ce n’était pas du badinage pour lui, « je l’ai vraiment aimée, je pense qu’elle m’a beaucoup aimé aussi » nous raconte-t-il dès l’épisode 2 du + Quotidien. Aujourd’hui elle est mère de famille très respectable et très respectée, mais ce n’est pas Francis qui partage sa vie.

Les années fac, c’est là où les étudiants doivent prendre des décisions pour leur avenir. Francis a passé un examen particulier pendant cette période, « un examen de conscience ». Le sujet était : comment sortir avec des filles sans se retrouver dans le pétrin, comme quand sa famille lui avait « tourné le dos » parce qu’il avait « enceinté » une fille. Réponse : le préservatif ! Si aujourd’hui au Burkina, les capotes sont partout, avant, ce n’était pas une mince affaire « le préservatif dans mon pays se délivrait sur ordonnance ». Heureusement Francis, avec sa tchatche, a fait copain-copain avec un pharmacien et a pu se procurer des préservatifs « sous la table moyennant bien sûr quelque chose ».

Du coup pour lui, le préservatif c’était « un jeu d’enfant ». Pourtant aujourd’hui, il n’arrive plus à en mettre. « Psychologiquement, c’est difficile » pour lui. Oui, depuis qu’il a appris sa séropositivité dans les années 2000, ce n’est plus comme avant. Francis, séropositif alors qu’il était un précurseur du préservatif avant les années sida ? Incompréhension totale pour lui. D’un coup Francis s’est senti comme privé de sexualité mais heureusement « la recherche suisse l’a délivré ».

En 2008, les médecins suisses publient ceci :

Une personne séropositive ne souffrant d’aucune autre maladies sexuellement transmissible (MST) et suivant un traitement antirétroviral avec une charge virale indétectable ne transmet pas le VIH par voie sexuelle, c’est-à-dire qu’elle ne transmet pas le virus par le biais de contacts sexuels. Cette affirmation reste valable à condition que :

- la personne séropositive applique le traitement antirétroviral à la lettre et soit suivie par un médecin traitant ;
- la charge virale se situe en dessous du seuil de détection depuis au moins six mois
- la personne séropositive ne soit atteinte d’aucune autre infection sexuellement transmissible.

Francis raconte dans son premier épisode comment cet avis a transformé sa vie. Il a une charge virale indétectable depuis 2005, pas d’autre MST alors « il n’y a aucun souci ». Maintenant, il lui reste à rencontrer le grand amour, qu’il souhaite vivre avec « une femme qui le correspond à tout point de vue » et qui ne lui ferait pas de « promesses en carton » mais des engagements solide à l’image des cadenas accrochés sur le pont des arts à Paris, qu’il a visité dans l’épisode suivant.

Dans le quinzième épisode, Francis nous a donc emmené sur cette passerelle en bois connue sous le nom du « pont des amoureux », non pas pour nous faire tout un exposé sur les relations amoureuses mais pour une cause qui lui tient à coeur, les maladies rares. Une manifestation était organisée le 28 février 2013 à l’occasion de la journée mondiale des maladies rares. Et s’il a tenu à s’y rendre malgré le froid de canard, c’est parce qu’il est un « rescapé » d’une grosse maladie : « j’ai fait un lymphome non hodgkinien. J’ai passé une année à l’hôpital, sans compter le VIH à la base » nous raconte-t-il dans l’épisode 15 du + Quotidien. Rendez-vous l’année prochaine, où, c’est sûr, Francis participera à nouveau à ce rassemblement pour faire du bruit sur les maladies rares. Comme il a lieu chaque 28 février, il devra encore supporter le froid glacial de la France. Enfin, s’il ne change pas de pays d’ici là...

Car Francis est un grand voyageur. Déjà, il a dû quitter son pays d’origine, le Burkina Faso pour soigner son lymphome mais ça, il nous en parlera dans un prochain épisode du + Quotidien. A 55 ans, il a encore l’esprit aventurier. Il y a 2 ans, il était dans le pays de la samba, le Brésil, où « les filles blacks et métisses étaient ahurissantes ». En juillet dernier, il a eu la chance de pouvoir partir dans l’Etat américain du soleil, la Floride, pour aller, entre autres, à la rencontre non pas des filles en bikinis mais des alligators du marais des Everglades. Dans l’épisode 33, notre baroudeur burkinabé s’envolait pour retrouver le soleil de l’Egypte pour deux semaines. Historien avide de connaissances, conscient de la place de l’Egypte dans l’histoire de l’Afrique et du monde, Francis s’impatientait de découvrir les tombeaux des pharaons, de traverser le Nil, et pour grimper le mont Sinaï connu aussi sous le nom de [la montagne de Moïse. « C’est de là que seraient venus les dix commandements que toutes les religions connaissent bien ».

Quelle sera la suite des aventures de Francis ? Cliquez ici pour retrouver tous ses articles et écoutez le + Quotidien, 10 minutes par jour, du lundi au vendredi. L’émission est disponible en ligne chaque matin dès 7 heures sur le site survivreausida.net et en podcast.

Notes

[1] Plussien, -ienne : n. Celui ou celle qui vit des aventures extraordinaires, qui court le monde à la recherche du bonheur et de l’amour. Des hommes et des femmes comme tout le monde qui doivent comprendre ce qui a changé depuis la nouvelle que le VIH (virus du sida) coule dans leurs veines ou dans celles de leurs amours. Se dit aussi d’un auditeur du + Quotidien, quel que soit son statut sérologique.