Skip to main content.

Burkina Faso | Francis | Hommes séropositifs | Le + Quotidien : Saison Une | Visas

Souvenirs ensoleillés

27 mars 2013 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Francis : Ce n’est pas la première fois que je voyage. Surtout avec cette agence de voyage. Il y a deux ans, je suis allé au Brésil. On a visité Rio de Janeiro, une autre ville...

Sandra : São Paulo ?

Francis : São Paulo voilà. Je cherche toujours ce nom-là en vain. On a visité Sao Paulo. Et puis on a terminé par la ville de Curitiba, qui est dite là-bas ville française. C’est une ville française parce qu’il y a une importante communauté française qui est installée dans cette ville. La société Renault a une usine là-bas où ils produisent des voitures Dacia mais qui s’appellent là-bas Renault. Là-bas Renault c’est le prestige. Et j’ai visité cette usine. Je suis resté un peu plus longtemps à Curitiba, c’est complètement dans le sud du Brésil. C’est pas mal.

Et puis en juillet dernier, j’ai eu la chance d’aller aux Etats-Unis, en Floride. Là-aussi, j’ai visité de fond en comble toute la Floride, on est parti dans les Everglades. On est monté dans les aéroglisseurs qui sont des bateaux, qui sont complètement à la surface de l’eau, il n’y a rien en-dessous, le bateau est posé sur la surface de l’eau. Les moteurs sont extérieurs. Ca vrombit, ça fait énormément de bruit. Le conducteur est assis un peu plus haut des escaliers et vous, vous êtes un peu plus bas. Ca glisse en fait au-dessous de l’eau et vous allez regarder les alligators etc. C’est des marais les Everglades très importants. On a été visiter le pont de 10 km. Un pont qui fait 10 km et il y a une association pour la sauvegarde de ce pont-là. On s’est entretenu avec eux. Après on est parti au centre spatial Kennedy. On a visité la naza, on est monté dans une fusée. Après oui, on est venu à Daytona Beach. Ah tiens, ce week-end, il y a eu un accident de voitures très spectaculaire parce qu’il y avait une course de voiture à Daytona justement. J’ai visité ce stade où ils font ces courses, j’ai visité ça en juillet dernier. Et puis les plages, la ville de Miami etc. On nous a montré un hôtel où des artistes français avaient séjourné pour tourner un film. Depuis lors, je me suis reposé et puis là je vais reprendre mon bateau de pélerin.

Les filles je les trouve beaucoup plus belles au Brésil. Et puis, ils ont organisé un mini carnaval, juste pour nous, pour notre groupe. Je ne vous dis pas ! Les filles blacks, les filles métisses, c’était ahurissant. On a été sur des plages mythiques, la plage de Copacabana etc. Le nudisme ? Non, je n’en ai pas vu. J’ai dû voir des seins nus à la plage de Copacabana mais pas plus que ça quoi.

Sandra : Est-ce que tu prévois des petites aventures amoureuses pendant ton voyage ?

Francis : Les petites aventures amoureuses, l’expérience m’a appris à déchanter ici parce qu’au départ, je me dis chouette, je ferai certainement des découvertes, peut-être que ça va marcher. Et puis après le programme du voyage est tellement chargé, c’est tellement bien organisé que finalement tu es pratiquement qu’en contact qu’avec les gens qui prennent part au voyage et il y a très peu de jeunes dans le groupe. C’est des mamies, des papis. Parfois c’est des couples, des gens qui passent leur temps à te raconter leur breuvage quoi. Bon enfin, ce n’est pas forcément mauvais humainement mais ce n’est pas des histoires de coeur non plus quoi. (rires)

Sandra : Et sinon, Malika elle a une question. Elle souhaite partir aux Etats-Unis.

Malika : Peut-être aller voir mes parents aux Etats-Unis, ce que je crains fort.

Sandra : Pourquoi tu crains ?

Malika : Oui, parce que je ne sais pas si la loi d’Obama est déjà passée.

Sandra : La loi. Tu peux expliquer ?

Malika : La loi où va permettre aux séropositifs de rentrer sur le territoire américain. Si je dois cacher mes traitements au cas où parce que parait-il que c’est un formulaire où il faut dire oui ou non si on est séropositif ou pas. Je ne sais pas s’il faut que je cache mes traitements au fait.

Sandra : Les cacher où ?

Malika : Bah voilà, je ne sais pas, dans la soute à bagage ?

Francis : Le conseil que je donnerai à Malika c’est d’être tranquille, d’avoir l’esprit tranquille. Personne n’ira prendre son sang malgré elle pour vérifier s’il y a un virus dedans ou pas. Maintenant, le reste, c’est à elle de dire oui ou non et puis un point c’est tout. On se contentera de sa réponse. Maintenant, si à l’intérieur, une fois à l’intérieur des Etats-Unis, il lui arrivait certaines mésaventures et qu’on en arrivait à des voies de justice, des voies d’avocat, à ce moment-là, on irait fouiller dans son passé, dans sa paperasse pour voir qu’est-ce qu’elle avait déclaré et qu’elle est la réalité. En tout cas, en ce qui me concerne, j’avais entendu dire que cette question n’était plus en vigueur. Mais sur internet, quand j’ai voulu remplir le questionnaire, j’ai été confronté à cette question. Moi j’ai rempli non, que je n’étais pas séropositif. On vous demande aussi si vous êtes terroriste, si vous avez déjà fait de la prison, si vous avez un parent qui est terroriste, si vous avez un parent qui a déjà fait la prison. Franchement, il faut être américain, enfin je m’excuse, pour poser de telles questions aux gens. Qui va se proclamer terroriste ? Qui va se proclamer ancien prisonnier ? Je demande un visa touristique et puis un point c’est tout. Donc, j’ai menti sur ce point-là. Et j’ai pu obtenir un visa de 5 ans et d’ailleurs, en 2015, inch’Allah, je compte aller en Californie cette fois-ci. Pour en revenir à Malika, moi je lui conseille de remplir tranquillement son formulaire sur internet. Et puis si elle arrive à cette question, je suppose que ce sera non. Et puis elle va se présenter au consulat et elle prend son visa. Il suffit de bien se comporter dans la vie, de ne pas avoir de scandale, de ne pas avoir à faire à la justice. Malika je suppose qu’elle est très sage et qu’elle n’aura rien à voir avec la justice et que personne n’ira fouiller dans sa vie.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE