Skip to main content.

Benlama Bouchaïb | Contamination et prévention | Infections sexuellement transmissibles (IST) | Marie-Aude Khuong | Réseau national des correspondants du Comité des familles | Sexe et sexualité

Mise au point et rappel d’un auditeur : L’effet protecteur de la circoncision est partiel et à sens unique

18 février 2013 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

« Attention cela est faux ! », avait réagi l’auditeur Cipher, suite à la publication de l’histoire d’amour de Ben dans l’épisode 4 du + Quotidien, dans laquelle il déclarait :

« Moi je suis circoncis alors j’ai une réduction des risques, je risque moins de transmettre grâce à la circoncision. »

Mise au point aujourd’hui, donc, sur la circoncision, qui ne protège pas sa partenaire et qui ne protège que partiellement — au mieux, en diminuant le risque d’une contamination d’environ 60 % — l’homme circoncis d’une infection sexuellement transmissible,.

Il s’agit d’une confusion avec l’effet partiellement protecteur pour l’homme circoncis d’une contamination par le virus du sida. En effet, cet effet protecteur semble être à sens unique : un homme circoncis, séropositif, ne transmettrait pas moins le virus qu’un homme qui n’est pas circoncis. De surcroît, la transmission d’homme à femme n’a pas été étudiée ! Circoncis ou pas, si vous faites l’amour sans protection vous risquez de contracter ou de transmettre le VIH et des IST !

Sandra : Réaction de Marie-Aude Khuong, chef du services des maladies infectieuses à l’hôpital de Saint-Denis.

Marie-Aude Khuong : 100 % d’accord avec la réaction de l’auditeur. En réalité, je pense qu’il y a une très grosse confusion de la part de Ben. La circoncision réduit les risques d’acquisition du VIH. Ça, c’est en revanche assez bien prouvé y compris dans des grosses études randomisées, donc avec des hommes circoncis ou pas. Il y a une réduction des risques d’acquisition du VIH d’environ 60 %. En ce qui concerne Ben, la réduction elle a peut-être été de 60 % ceci dit, il l’a attrapé quand même. Preuve que le fait d’être circoncis, ça ne l’a pas empêché de contracter le VIH. Et pour le coup, ça ne protège, ce n’est pas parce qu’il est circoncis qu’il ne transmet pas. S’il y a un petit bénéfice en termes de transmission, c’est vraiment, enfin il ne doit pas être du tout être considéré. Le bénéfice prouvé c’est en termes d’acquisition. Et il a été prouvé également non seulement dans les couples hétérosexuels mais également dans les couples homosexuels. Mais c’est vraiment en termes d’acquisition. Une fois qu’on l’a, malheureusement la réduction n’a pas été suffisante. D’ailleurs ce n’est pas une protection que contre l’acquisition du VIH, c’est également contre d’autres MST (maladies sexuellement transmissibles) type herpès. Tout à fait d’accord avec l’auditeur, le fait d’être circoncis, il faut vraiment continuer à se protéger.

Qu’en dit Ben, à l’origine de cette confusion ?

Ben : Mais on est tellement dans le bain du VIH que j’ai fait un lapsus…. Moi qui suis circoncis, je risque moins d’attraper le VIH. Comme je suis déjà séropositif, circoncis ou pas, je suis plombé. Et je suis content qu’un auditeur ait pu réagir.

Remerciements à Cipher d’avoir repéré la nécessité d’une clarification et à Marie-Aude Khuong pour celle-ci.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE