Skip to main content.

Couples concernés par le VIH | Faire un bébé quand on est séropositif | Jean-Pierre et Victoire | Patrick Atlas | Réseau national des correspondants du Comité des familles | Yann

Forum des auditeurs : « Je connais un couple, tous les deux séropositifs, qui ont eu un enfant né négatif »

6 décembre 2012 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Je connais un couple tous les deux séropositifs qui ont eu un enfant né négatif. Cela me paraissait invraisemblable alors je leur ai posé des questions histoire de savoir ! La maman m’a expliquée que son traitement avait été modifié pendant sa grossesse et avait accouché par césarienne pour éviter que le foetus ne soit pas en contact avec le sang de sa mère infectée. Bref, l’enfant n’a rien. Donc dans votre cas, l’un de vous est négatif donc logiquement vous pourriez avoir recours à l’insémination artificielle, l’accouchement par césarienne et il faut bien sûr consulter un ou plusieurs gynécologues spécialistes de ce genre grossesses. En général, certains gynécologues ne sont pas prêts à s’occuper de ce genre de grossesses car il faut le dire, ce n’est pas très répandu. Bon courage à vous 2, amitié.

Message de Victoire qui habite à Perpignan suite à l’article Forum des auditeurs : « en couple depuis 8 ans, nous souhaitons faire un enfant »

Sandra : Victoire qui donne une des possibilités pour avoir un enfant. Je rappelle aux auditeurs, oui c’est possible de faire un enfant sans contaminer le bébé et sans contaminer son partenaire. Donc moi je conseille aussi de lire la brochure comment faire un bébé ? Des parents concernés par le VIH vous expliquent que vous pouvez trouver sur le site papamamanbebe.net dans la rubrique faire un bébé quand on est séropositif. Yann as-tu quelque chose à rajouter à ce message ?

Yann : C’est vrai qu’en allant sur le site on va retrouver cette brochure qui a été faite par le Comité des familles et surtout par les parents concernés et les Grandes soeurs, c’est-à-dire les mamans qui sont passées par là. C’est une bonne réponse qui a été donnée je trouve, pleine d’espoir.

Sandra : Après pour ce qui de l’accouchement… Oui ?

Patrick Atlas : Oui, je voulais dire, alors je ne sais plus si c’est en Afrique du Sud où ils ont connu une période dramatique où il n’y avait aucune prise en charge, une négation même de l’existence du VIH et du sida dans cette région. Quand ils ont mis en place le traitement chez les femmes enceintes pour éviter la transmission au bébé, ils ont constaté une chute très importante des contaminations mère-enfant. Le traitement il est très simple c’est je crois à base d’AZT uniquement. Et malheureusement même l’AZT qui est maintenant assez commun et je pense maintenant qu’il y a même des génériques qui existent donc c’est un traitement qui ne coûte plus aussi cher que ce qu’il a été. Il y a des régions qui n’y ont pas accès.

Yann : Oui, et pour les femmes qui ont peur, toutes les naissances ne se font pas par césarienne.

Sandra : Voilà.

Yann : Si l’enfant se présente bien, si la maman est bien traitée, s’il n’y a pas un risque effectivement d’une grossesse compliquée je pense.

Patrick Atlas : Oui, c’est ce que je voulais dire parce que j’étais un petit peu étonné de la nécessité de faire une césarienne….

Sandra : C’était une recommandation avant en fait et puis maintenant…

Patrick Atlas : Oui c’était quand il restait une charge virale peut-être…

Sandra : Elevée peut-être ou… Ca après, il faut en parler à son médecin. Mais la césarienne n’est pas obligatoire effectivement.

Yann : Et se fait de moins en moins je crois quand même.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE