Skip to main content.

Greg | Hépatite C (VHC) | Jean-Pierre et Victoire | Réseau national des correspondants du Comité des familles

Forum des auditeurs : « C’est vraiment incroyable d’être rejeté »

15 novembre 2012 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

C’est vraiment incroyable d’être rejeté car certaines personnes sont atteintes d’une hépatite C, ce n’est pas honteux ! Après mon traitement réussi, je suis allée en maison de repos pour reprendre des forces, grossir. J’ai fait la connaissance d’une femme atteinte d’un cancer. Je lui ai révélé le pourquoi de ma présence dans cet établissement, VIH et hépatite C. Eve, la femme me dit que ses amis lui ont tourné le dos car elle est atteinte d’un cancer. Je lui ai dit : « heureusement que tu n’as pas annoncé à tes amis que tu étais séropositive, que tu as le cancer des homo et des drogués ». On a sympathisé ! Bien sûr, je ne comprenais pas pourquoi certains pouvaient rejeter un cancéreux ! L’hépatite ce n’est rien à coté d’un cancer, on en guérit, on en bave c’est tout ! Il faut être fort et surtout bien encadré ! Pour la mère de 3 enfants qui a réussi le traitement tout en étant seule avec ses enfants, je pense qu’il fallait le faire, c’est courageux ! Je suis contente qu’elle ait réussi à s’en débarrasser. C’est possible de supprimer ce virus alors bon courage à tous ! Vous verrez la satisfaction que vous ressentirez quand vous serez guéri !

Message de Victoire posté sur l’article Laure A : Écrire pour « survivre aux traitements » et briser le « silence » de l’hépatite C

Greg : Bon courage et bonne continuation. Certainement ce sont des gens qui ne sont pas très compréhensifs ou égoïstes, comme vous voulez, pour quitter un partenaire pour une raison pareille, c’est un peu, pour moi c’est n’importe quoi. L’amour, quand vous vous engagez avec quelqu’un c’est pour le meilleur et le pire quand même. J’ai de la sympathie pour Eve. Je sais que c’est facile à dire mais elle n’a rien perdu parce que ça ne se fait pas. On ne quitte pas quelqu’un pour une raison pareille.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE