Skip to main content.

Bernard Hirschel | Sexe et sexualité | Tina

Forum des auditeurs : « Rassurez-moi en me disant la vérité »

3 octobre 2012 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Nous lisons à l’émission Survivre au sida du mardi 25 septembre 2012 un message d’un auditeur :

Bonjour. J’ai eu une relation avec une femme qui je pense a le VIH. Bref un soir on s’est déshabillé mais il n’y a pas eu de pénétration. Il y a eu que des frottements. Le bout de mon gland allait la pénétrer mais il est resté juste posé au niveau de son trou sans qu’il y ait pénétration. Tellement que j’ai eu peur, j’ai appelé "info sida". Ils m’ont dit non à 100%, que je ne peux pas avoir le VIH. Mais en ce moment je sens que mes muscles sont fatigués et que j’ai de la fièvre. Quand je vais faire pipi ça me pique énormément. J’ai mal aux abdos et j’ai une sorte de ganglion au niveau du triangle du pénis. J’ai perdu l’appétit. Je suis allé voir mon médecin sans lui expliquer que j’ai eu un rapport sexuel. Mais en lui expliquant mes problèmes de santé il m’a dit que j’avais une infection urinaire. J’espère que c’est juste cela. Rassurez-moi en me disant la vérité s’il vous plaît.

Sandra : J’ai posé la question à Bernard Hirschel, que vous connaissez bien à l’émission. Il est responsable de l’unité VIH/Sida des hôpitaux universitaires de Genève depuis 1988. Et donc je lui ai envoyé le message de cet auditeur et il m’a répondu en 4 mots : absence de tout risque. Peut-être que Tina ou Ben vous avez quelque chose à dire à cet auditeur qui apparemment semble dans la panique, que lui conseiller ? Peut-être juste d’aller se faire dépister ?

Tina : Oui, je lui dirai de toute façon c’est toujours bien de se faire dépister. Peut-être que c’est une personne qui a déjà pris d’autres risques. On ne sait jamais. Simplement c’est toujours une bonne chose de faire un dépistage. S’il a des doutes sur son comportement, sur ses prises de risque, ça va le rassurer. Puis après peut-être réfléchir comment éviter d’avoir des prises de risque et aussi s’informer quels sont les risques de contamination. Peut-être qu’il a aussi, à ce niveau-là, des idées reçus. Il va penser qu’embrasser une personne peut être contaminant alors que ça ne l’est pas. Je pense que cette personne devrait un peu s’informer sur le sujet.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE