Skip to main content.

Annonce de la séropositivité | Faire un bébé quand on est séropositif | Reda Sadki

Entretien avec Reda Sadki (3/7) : Un bilan de fertilité pour les personnes dépistées séropositives

14 septembre 2012 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Reda au micro de Survivre au sida pour revenir sur les temps forts de l’émission de la saison 2011/2012 et sur tout ce qu’on a appris depuis la création de l’émission. Depuis 17 ans, l’émission Survivre au sida informe et donne la parole aux personnes concernées par le VIH. Pour ne pas tourner en rond et ne pas être en décalage avec tout ce qui se passe dans l’épidémie du VIH/Sida, il est important d’arriver à prendre du recul et de se poser la question : Où est-ce qu’on va ?

Sandra : Il y a souvent une question qui revient, selon moi, c’est comment faire un bébé quand on est séropositif ? Est-ce que ça t’étonne que cette question revienne constamment, régulièrement, chaque année ?

Reda : Non puisqu’on n’a pas, on est loin d’avoir réformé l’éducation des médecins et en particulier des infectiologues. Les infectiologues, donc les médecins qui s’occupent du VIH, sont des chasseurs de virus on va dire. Leur problématique c’est contrôler le virus. Donc en principe en soutenant leurs patients pour qu’ils prennent une trithérapie dans de bonnes conditions tout ça. Donc les histoires de papa, maman, bébé ce n’est pas leur tasse de thé à la base. Et pourtant la problématique reste entière puisque les infectiologues avec qui on travaille continue à nous dire le cas type c’est une femme qui arrive chez son médecin en disant docteur je suis enceinte. Donc c’est le fait accompli. En principe nous ce qu’on prône c’est évidemment que les médecins soient proactifs, que les infectiologues s’intéressent à ça. Je trouve même qu’une personne lorsqu’elle est dépistée séropositive, il devrait avoir un bilan de fertilité. En faisant un bilan de fertilité, ça aurait un côté pratique parce que si on a un problème de fertilité à ce moment-là il faut obligatoirement passer par les techniques d’assistance médicale à la procréation le jour où on décidera de faire un enfant. Donc même pour les projets, pour les personnes qui n’ont pas de projet d’enfant tout de suite, ça a cette utilité-là de savoir déjà à quoi se préparer. Et l’autre utilité ce serait un message fort pour dire à la personne oui vous pouvez, le fait d’être séropositif ce n’est pas une interdiction de faire des enfants. Du coup ça provoquerait, ça obligerait un petit peu les infectiologues à engager cette discussion-là. Pourquoi on fait ce bilan de fertilité ? Est-ce que vous avez un projet d’enfant ou pas ? Donc ça poserait le débat d’une autre manière. J’imagine qu’il y a pas mal d’infectiologues aujourd’hui qui dans les messages positifs qu’ils peuvent donner grâce aux progrès de la médecine, ils disent lorsqu’ils doivent remettre un dépistage, écoutez monsieur, madame, vous savez, c’est possible de faire un enfant, etc. Entre entendre une information et l’intégrer et comprendre ce qu’elle signifie c’est autre chose. Donc je trouve que ce serait une bonne façon de le faire. Après les moyens de communication qu’on a c’est vrai que, on a l’impression de répéter les mêmes informations même s’il y a une évolution. Mais c’est normal. Tant qu’il y aura 6, 7000, enfin plusieurs milliers de séropositifs en plus chaque année, il y aura des nouvelles personnes qui posent des questions. Et on a aussi vu au Comité des familles des gens qui étaient séropositifs depuis très longtemps et qui avaient mis une croix sur le projet d’enfant parce qu’ils avaient des mauvaises informations et ils pensaient à tort qu’il n’est pas possible pour un séropositif de faire un enfant sans contaminer son partenaire ou sa partenaire ou le bébé. On sait aujourd’hui que ce n’est absolument pas le cas. A partir du moment où il y a des mesures de prévention mise en place, il y a le soutien du médecin, il y a un accompagnement médical de qualité.

Sandra : J’en profite pour rappeler qu’il y a une brochure sur le site papamamanbebe.net qui est disponible, qui s’appelle « Comment faire un bébé : des parents concernés par le VIH vous expliquent », qui est dans la rubrique faire un bébé quand on est séropositif et la rubrique aussi brochure.

Transcription : Sandra JEAN-PIERRE

Entretien avec Reda Sadki (1/7) : « 1995 c’est vraiment un tournant dans l’histoire de l’épidémie »

Entretien avec Reda Sadki (2/7) : Seropos.net, le facebook des séropositifs

Entretien avec Reda Sadki (4/7) : Le Comité des familles vivant avec le VIH, bientôt 10 ans !

Entretien avec Reda Sadki (5/7) : La recherche ne peut pas se faire sans les premiers concernés

Entretien avec Reda Sadki (6/7) : Comment faire face aux défis de santé publique si l’affaire du sang contaminé tombe dans l’oubli ?

Entretien avec Reda Sadki (7/7) : La carte de dix ans pour tous les malades étrangers